Asvel: «Il faut apporter de la joie aux joueurs», affirme le nouvel entraîneur

FOOTBALL Nordine Ghrib, coach intérimaire, refuse de se préoccuper de son avenir…

Propos recueillis par Cyrille Pac

— 

Nordine Ghrib a remplacé Pierre Vincent.
Nordine Ghrib a remplacé Pierre Vincent. — POL EMILE/SIPA

Avec deux succès en cinq matches d’Eurocoupe, l’Asvel reçoit ce mercredi les Allemands de Quackenbrück. La victoire est obligatoire pour conserver une chance de qualification pour la phase suivante et confirmer le renouveau entrevu à Boulogne-sur-Mer samedi dernier. Si l’entraîneur intérimaire Nordine Ghrib, nommé en remplacement de Pierre Vincent, apporte un souffle nouveau à l’équipe, il refuse de se projeter sur le long terme.

La victoire à Boulogne-sur-Mer (99-90) marque-t-elle un nouveau départ ? 
C’était une victoire importante, en effet, mais obtenue contre un promu. Je ne dénigre pas cette équipe de Boulogne qui a été très difficile à battre mais est-ce que cela relance vraiment l’équipe? Attendons la fin des matches allers pour voir où nous en sommes.

Votre philosophie est différente de celle de Pierre Vincent, plus offensive…
Notre premier objectif est de marquer des points. Je veux plus de shoots, plus de possibilités de scorer. On a des joueurs offensifs, nous n’avons pas un profil défensif même s’il faudra bien l’être…

En plus de la tactique, avez-vous adopté un discours résolument différent pour réveiller l’équipe ? 
Ils ont surtout besoin de confiance, il faut leur apporter de la joie. Pour cela, il faut gagner, ça aide. Auparavant, nous n’en étions pas loin, on perdait des matches bêtement. Les victoires soigneront l’équipe. Mais le groupe vit bien.

Désormais entraîneur en chef, souhaitez-vous aller jusqu’au bout de la saison ? 
Je ne me soucie pas de cette question ni de ce qu’il se dit autour du club. Je ne cherche pas à savoir si je vais aller au bout ou non. Je suis uniquement concentré sur les matches de la semaine contre Quackenbrück et Pau.

Mais la question de l’avenir de l’entraîneur peut avoir un impact sur les joueurs…
Je ne m’en préoccupe pas. Je veux gagner des matches pour remplir les objectifs qu’on m’a donnés. Si je finis par rester jusqu’au bout, cela voudra dire que les résultats ont suivi. Ce sera bien pour l’équipe, bien pour l’Asvel. Ce serait bien pour apporter un peu de tranquillité au club et qu’il ne soit plus attaqué comme en ce moment.

Le capitanat a changé, Yohan Sangaré laissant cette fonction à David Andersen. Pour quelle raison? 
Cela s’est décidé avant que je ne devienne coach à la demande du staff. Les joueurs ont voté et ont désigné David.

Participer à la Leaders Cup (ex-Semaine des As) en février peut-il être une manière de motiver vos joueurs ? 
Non, je ne me sers pas de ça dans mon management. Je dis juste aux joueurs de bien faire les choses, sinon d’autres le feront à leur place. Mais si on gagne tous nos matches, on participera à la Leaders Cup. On veut y aller car c’est une belle fête, un premier trophée à gagner. Pour autant, je préfère être dans les 8 premiers à la fin de la saison qu’à mi-parcours.

Qu’attendez-vous de la rencontre face aux Allemands de Quackenbrück mercredi?
Il faut gagner. On devra contrôler le rebond.