Lyon: Les tarifs des TCL vont augmenter en moyenne de 4,8% en janvier

TRANSPORTS Si le prix du ticket augmentera de dix centimes, la principale hausse se répercutera sur les abonnements...

Caroline Girardon
— 
BŽatrice BERNARD, conductrice de la ligne de bus 2 de Lyon, le 7 mars 2012. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
BŽatrice BERNARD, conductrice de la ligne de bus 2 de Lyon, le 7 mars 2012. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Les usagers vont devoir remettre la main à la poche. Jeudi, les élus du Sytral, syndicat mixte qui gère les transports en commun lyonnais, ont voté une hausse de la tarification : + 4,8% en moyenne.

A compter du mois de janvier 2015, le prix du ticket à l'unité augmentera de dix centimes d'euros, passant ainsi d'1.70 euros à 1.80 euros. Mais les principaux mécontents devraient être les détenteurs de cartes d'abonnement. Ils vont devoir débourser entre 2.40 euros et 2.80 euros de plus par mois, suivant la formulation qu'ils ont choisi.

Un nouveau coup dur pour les porte-monnaie sachant que l'abonnement City Pass, par exemple, coûtait 48 euros en 2010. Il passera à 57.50 euros dans un peu plus d'un mois. Soit une hausse de 10 euros en cinq ans.

La nouvelle grille tarifaire.

 «Au 1er janvier 2014, la TVA sur les titres de transport est passée de 7% à 10%. Cela n'a pas été répercuté sur le prix des TCL. Or, c'est loin d'être neutre. Cela représente 10 millions d'euros pour nous», se justifie Michèle Vullien, élue en charge de la question tarifaire au Sytral. «Si l'on veut continuer à développer le réseau et préserver le financement pour le mandat à venir, il faut en passer par là», appuie Bernard Rivalta, le président du Sytral.

«Moins cher qu'à Berlin et Londres»

La TVA, nouveau bouc émissaire de l'augmentation des prix? C'est en tout cas le sentiment de Michel Havard, élu UMP. «Nous sommes dans un contexte délicat, une sorte de machine infernale, où la seule solution est la hausse les recettes. Or, les petites augmentations, mises bout à bout, finissent par faire beaucoup sur des petits salaires.»

«Il n'y a pas que cela, tranche Bernard Rivalta. L'exonération de versement transport pour les entreprises à caractère social nous coûte 20 millions d'euros.» Et pour les voyageurs qui oseraient se plaindre d'une augmentation répétée des tarifs, voici la réponse : «L'usager ne paie que 30% du prix réel.» «A Berlin, le ticket à l'unité est à 2,60 euros et à 5,80 euros à Londres», lance Michèle Vullien. Pas sûr que les Lyonnais entendent cet argument...