Lyon: Le clown vedette d'Halloween cette année

SOCIETE A quelques jours d'Halloween, les masques de "clowns agressifs" s'arrachent dans les magasins de déguisement...

Caroline Girardon

— 

Lyon, le 28 octobre 2014
A quelques jours d'Halloween, les magasins de déguisements n'échappent pas au buzz des clowns agressifs. Les masques de clown se sont arrachés en trois jours.
Lyon, le 28 octobre 2014 A quelques jours d'Halloween, les magasins de déguisements n'échappent pas au buzz des clowns agressifs. Les masques de clown se sont arrachés en trois jours. —

Les sorcières vont pouvoir remiser leur balai au placard. Et les morts vivants, retourner sous terre. Cette année, les vedettes d'Halloween ce sont les clowns! Quelques jours après le phénomène qui s'est emparé de la France, voyant apparaître des personnes grimées en clown et «s'amusant» à faire peur aux gens, les magasins de déguisements sont assaillis de demandes.

Au Bal Masqué à Lyon, les adolescents se pressent devant les masques en latex. «Depuis trois jours, ça n'arrête pas. On constate un véritable effet de mode, relate Grégory, le gérant de la boutique. Les masques de clown sont de loin les articles les plus vendus. Il doit m'en rester quatre en rayon. Gageons qu'ils seront tous partis ce soir.»

«De quoi flipper»

Un raz de marée. Mais de là à exploser les chiffres d'affaires? Pas vraiment. «Il y a un vrai engouement cette année. Cependant, nous avions une trentaine d'articles de ce genre dans le magasin, poursuit Grégory. Lorsque nous avons passé commande aux fabricants au mois de février, ce phénomène était très marginal.»


 

Dans les rayons du magasin, Joachim n'est pas loin de succomber à la tentation. Le jeune homme l'avoue, l'idée le tente énormément. «Chaque année, je me déguise en vampire, explique-t-il tout sourire. C'est l'occasion de changer. Au départ, ça paraissait marrant mais c'est vrai qu'il y a de quoi flipper aujourd'hui. Les autorités s'en inquiètent.»

Et s'il croisait samedi soir des policiers, une fois accoutré comme une créature de Stephen King? «Il ne risque rien, il sera avec moi», éclate de rire Julia, son amie. «Finalement, je vais peut-être rester sur l'idée du vampire !», conclut Joachim.

Une idée pas si saugrenue lorsque l'on sait qu'un employé du Bal Masqué, déguisé samedi dernier en Joker (l'ennemi juré de Batman) n'est pas passé inaperçu sur les quais du Rhône, au moment de sa pause. Et qu'une patrouille est venue se renseigner dans la foulée.

 

 

Quelques mètres plus loin, Eliot, accompagné de sa maman, cherche aussi la perle rare pour samedi. «J'avais pensé me déguiser en clown, lâche le petit garçon. Mais ce n'est pas une bonne idée. Je n'ai pas envie que les gens aient peur et appellent la police.» «De toute façon, je ne l'aurai pas laissé faire, ajoute Nathalie, sa maman. Tout cela est devenu très malsain. De plus, le clown est pour moi, un souvenir d'enfance associé au cirque, au rire et à la fête !»