ASSE: Selon Benoît Cauet, «l’Inter Milan sait à quoi s’attendre contre Saint-Etienne»

Football L’ancien milieu de terrain français, membre du staff de l’Inter, attend Saint-Etienne ce jeudi…

Propos recueillis par Cyrille Pac

— 

Les Verts n'ont pas encore eu l'occasion d'exulter en Coupe d'Europe cette saison. AFP PHOTO/FRED TANNEAU
Les Verts n'ont pas encore eu l'occasion d'exulter en Coupe d'Europe cette saison. AFP PHOTO/FRED TANNEAU — AFP

Ancien joueur, entre autres, de Marseille, Paris SG et l’Inter Milan, Benoît Cauet a intégré le staff technique de ce dernier à la fin de sa carrière pour encadrer les jeunes. Il entraîne aujourd’hui les moins de 17 ans et se réjouit de la venue de Saint-Etienne au stade Giuseppe Meazza ce jeudi pour la troisième journée de Ligue Europa.

Que sait-on en Italie de l’AS Saint-Etienne actuelle?
A l’Inter, on connaît l’ASSE. On sait que ce club travaille bien depuis quelques années. Cela fait 5 ans qu’il est toujours bien classé. On sait aussi que Christophe Galtier en est l’entraîneur. Celui-ci connaît bien le foot italien puisqu’il y a joué (à Monza en 1997-98, ndlr). Il a longtemps été adjoint avant de reprendre les Verts, il a donc une grande expérience. Il a remis cette équipe en selle. Galtier est un entraîneur qui sait ce qu’il veut. Avec lui, les joueurs parviennent à exploser, comme Aubameyang par exemple.

Le staff technique de l’Inter vous a-t-il demandé des informations sur l’équipe stéphanoise?
Non, ce n’est pas la peine. L’Inter a une cellule d’information très performante. L’entraîneur sait à quoi s’attendre pour ce match…

De très nombreux supporters stéphanois devraient faire le déplacement…
(Rire) Ça aussi, tout le monde est au courant! Les supporters interistes le savent bien. Il y aura une belle ambiance au stade. C’est bien pour l’ASSE de pouvoir s’appuyer sur de tels supporters, ce club le mérite, il a tant fait rêver les gens. Je ne suis pas surpris de voir autant de supporters venir ici, Milan n’est pas très loin de Saint-Etienne. Il y a cinq heures de route, on est presque voisin: de Saint-Etienne, direction Lyon, puis Torino [prononcé en italien] et, enfin, Milan. L’Inter veut honorer ce match, il le prend très au sérieux.

Actuellement 9e de Serie A, pourquoi l’Inter ne réussit pas un bon début de saison?
Le début a été bon, l’équipe était bien en place mais elle tourne moins bien depuis deux rencontres. Il y a eu pas mal de nouveaux joueurs (dont Medel, Dodo, Vidic, Osvaldo, M’Vila…), il a fallu tout reconstruire. L’entraîneur, Walter Mazzarri, a une grosse expérience en Serie A, il a beaucoup de charisme et son style de jeu est le bon.

Vous êtes en charge des jeunes. Comment cela se passe-t-il au quotidien?
La volonté du nouveau propriétaire, Erik Thorir, est d’amener de plus en plus de jeunes dans l’équipe première. On a des bases déjà solides et je peux travailler librement. A son arrivée, il me restait un an de contrat, il n’a rien bouleversé… J’ai suivi ma progression au sein du club, je m’occupe des U17 aujourd’hui après avoir eu la charge des U15 et U16. Je fais en sorte que ces jeunes progressent et qu’ils puissent devenir professionnels.

Après l’ère du président Moratti, l’Inter a-t-elle beaucoup changé?
Le nouveau propriétaire est dynamique, il apporte un management différent. Moratti gérait comme un père de famille, il était proche de nous. Erik Thorir cherche à améliorer le club sur tous les domaines : communication, merchandising…