ASSE: Caiazzo taille ses attaquants

football Le président du conseil de surveillance des Verts pointe du doigt l’inefficacité offensive de son équipe…

Cyrille Pac
— 
Bernard Caiazzo, le co-président de l'AS Saint-Etienne, en avril 2013, au Stade de France.
Bernard Caiazzo, le co-président de l'AS Saint-Etienne, en avril 2013, au Stade de France. — F.FIFE/AFP

Dans une interview accordée au Progrès ce lundi, le président du conseil de surveillance de l’AS Saint-Etienne Bernard caiazzo fait le point sur la situation sportive et économique de son équipe. A ses yeux, le début de  saison de son club, 10e de L1 et déjà trois défaites, est insuffisant. La faute, selon lui, à un secteur offensif déficient et à une recrue, Ricky Van Wolfswinkel, décevante. «Si l’ASSE avait un avant-centre -et ce n’est pas une critique envers les garçons qui sont là et font du mieux possible- du même niveau que son gardien, nous serions sûrs et certains de viser le podium, tacle-t-il ainsi. On n’a pas un buteur à 20 buts, on fait en fonction de nos moyens. Comment traiter ce problème? Ricky peut être le garçon que nous cherchons, pourquoi pas? Pour l’instant, il se tourne systématiquement vers l’arbitre après un duel pour exprimer sa surprise. Mais il va comprendre comment cela fonctionne et bientôt il ne sera plus surpris. C’est aussi une histoire de travail. »
Mais pour tenter de mettre en avant les perspectives de son club, Caiazzo n’hésite pas à faire le parallèle avec l’OL et son budget (115 millions contre 50 millions d'euros pour celui des Verts). «On me dit que Lyon terminera avant nous. Si c’est le contraire, ce serait une anomalie comme cela fut le cas la saison dernière car le budget de Lyon est le double du nôtre. Je suis persuadé que nos joueurs voudront faire mentir cette logique.» Le derby, seulement prévu fin novembre, est déjà lancé.