La joueuse lyonnaise Wendie Renard n’aime pas le synthétique

Football féminin La Lyonnaise soutient l’initiative de joueuses professionnelles qui refusent que la Coupe du monde 2015 au Canada se déroule sur terrain synthétique…

Cyrille Pac

— 

La capitaine Wendie Renard a participé aux huit titres de l'OL.
La capitaine Wendie Renard a participé aux huit titres de l'OL. — B. Chibane/Sipa

«Le synthétique change le jeu, les rebonds sont différents et ce n’est pas évident pour les articulations.» La défenseur de l’OL Wendie Renard pose le débat. Selon elle, disputer des rencontres sur une pelouse non-naturelle dénature le jeu et met en danger la santé des joueuses.

La Fifa et l’association canadienne de soccer ont pourtant décidé que la prochaine Coupe du monde (en 2015 au Canada) se déroulerait sur synthétique. Les joueuses professionnelles se sont donc rebellées. Une pétition a ainsi été signée (notamment par des Lyonnaises) et une vingtaine d’internationales (des Etats-Unis, de France, du Brésil…) se sont regroupées pour saisir la justice canadienne, dénonçant une «discrimination sexuelle». Elles estiment en effet qu’une telle décision n’aurait jamais été prise pour des joueurs masculins.

Interrogée sur le sujet ce mardi en conférence presse, Wendie Renard a tenté de calmer le jeu tout en réaffirmant les dangers du synthétique. «La Fifa a le dossier en main, dit-elle. Il faut lui faire confiance. On espère qu’elle prendra la bonne décision pour la santé des joueuses et le plaisir des spectateurs. Evitons quand même les polémiques.»