Lyon: Benjamin Millepied en clôture de la biennale

DANSE Avant de rejoindre la direction du ballet de l'Opéra de Paris, le chorégraphe présente sa dernière création à Lyon, ville où il a esquissé ses premiers pas de danse professionnels...

Caroline Girardon

— 

Lyon, le 29 septembre
Le chorégraphe Benjamin Millepied est venu présenter sa dernière création à la biennale de la danse de Lyon avant de prendre la direction de l'Opéra de Paris.
Lyon, le 29 septembre Le chorégraphe Benjamin Millepied est venu présenter sa dernière création à la biennale de la danse de Lyon avant de prendre la direction de l'Opéra de Paris. —

Ce n'est pas sans une certaine émotion que Benjamin Millepied revient à Lyon. Le chorégraphe, qui doit rejoindre dans un mois la direction du ballet de l'Opéra de Paris, a posé pour 6 jours ses valises entre Rhône et Saône. Le temps de présenter sa dernière création Hearts and Heroes, à la Maison de la danse, là même où il a esquissé ses premiers pas de danse professionnels.

«J'avais 13 ans à l'époque, je venais d'intégrer le conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon, raconte-t-il. C'est extrêmement agréable de voir que la porte m'est toujours ouverte.» Et de confier son enthousiasme à l'idée de présenter au public «l'évolution de (mon) apprentissage tout au long de (sa) carrière».

« Le néant de la danse classique »

Dans un peu plus de trois semaines, le plus américain des danseurs français se frottera à un autre challenge : diriger le ballet de l'Opéra de Paris. Un énorme défi qu'il se dit prêt à relever ayant conscience «du sac de nœud à défaire». Travaillant déjà dessus depuis 18 mois, l'homme annonce la couleur: «Ça va être différent. Ça sera à ma façon. Il faut reconnecter le ballet de Paris à son histoire.»

Le chorégraphe l'avoue: son «vrai défi sera la danse classique». «Aujourd'hui, on est dans le néant, explique-t-il. Or, on peut continuer à faire des choses magnifiques, des ballets en relation avec notre temps. Je n'ai pas envie de dépenser une part importante du budget en faisant un nouveau Lac des cygnes. Je veux proposer des ballets enrichissants, faire exister la danse classique pour que le jeune public trouve quelque chose qui lui parle.»

Pour cela, le danseur ambitionne d'exporter le ballet de l'opéra de Paris et de multiplier les représentations hors-les-murs dans les théâtres ou musées de France. «Il y a plein de choses à imaginer», conclut-il.