L'abattage de deux loups autorisé par la préfecture de Savoie

ENVIRONNEMENT Le préfet du département vient de prendre un arrêté autorisant deux tirs de prélèvement suite à la recudescence des attaques de troupeaux constatée dans la Vallée de la Maurienne...

E.F. avec AFP

— 

FROSSAY le 21/02/2013 Un loup dans le parc du sentier des daims
FROSSAY le 21/02/2013 Un loup dans le parc du sentier des daims — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Depuis le début de l'été, 111 attaques de troupeaux ont été signalées en Savoie, contre 69 sur la même période en 2013. La Haute-Maurienne a payé un lourd tribut puisque 48 attaques se sont déroulées dans cette vallée, où 142 victimes ont été déplorées dans le cheptel ovin et bovin, malgré l'abattage d'un loup au mois de mai. Pour mettre fin à ces massacres, le préfet de Savoie vient de prendre un arrêté autorisant l'abattage de deux loups dans la vallée de la Maurienne «à l'occasion d'actions de chasse », a indiqué la préfecture ce mercredi. Ces deux « tirs de prélèvements » ont été décidés dans le cadre du « dispositif prévu par l'arrêté ministériel du 5 août 2014 » permettant aux préfets d'autoriser, pour deux mois reconductibles, des tirs visant à abattre cette espèce protégée lors de chasse au grand gibier, que ce soit en battue, à l'approche ou à l'affût. « Seuls les chasseurs formés par l'ONCFS (Office nationale chasse et faune sauvage) et habilités par arrêté préfectoral sont en mesure de participer à ces actions », précise la préfecture de Savoie.

Un arrêté préfectoral annulé cet été

Le 11 juillet dernier, le préfet de l'Isère avait également autorisé l'abattage d'un loup dans le massif de Taillefer pour protéger les troupeaux domestiques d’une dizaine de communes du secteur, pris pour cible par un prédateur depuis plusieurs mois. Cet arrêté préfectoral avait été suspendu début août par le tribunal administratif de Grenoble, saisi par l'Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS). Le juge avait alors justifié sa décision en citant «l'absence de mise en place de mesures effectives de protection du troupeau» pour une attaque survenue le 2 juillet. Cette nuit-là, dune attaque de loup avait entraîné le dérochement et la mort de 364 brebis et agneaux.