A Vénissieux, les socialistes demandent «un diagnostic précis» des écoles polluées par l'amiante

SANTÉ Huit groupes scolaires, dont sept situés sur le plateau des Minguettes, seraient concernés par le problème...  

Caroline Girardon

— 

Sept groupes scolaires des Minguettes seraient pollués par la présence d'amiant. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Sept groupes scolaires des Minguettes seraient pollués par la présence d'amiant. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

«Toutes les écoles sont polluées par l’amiante, matériau hautement cancérigène...» A la suite d'une enquête publiée par le mensuel Lyon Capitale révélant la présence d'amiante dans de nombreuses écoles de Vénissieux, le groupe des élus socialistes, radicaux et apparentés de la ville n’y va pas quatre chemins. Dénonçant une inertie de la municipalité et de la maire PC Michèle Picard, il réclame désormais «un diagnostic précis» et «une information claire et transparente des parents». 

«Les analyses révèlent la présence d’amiante dégradé, c’est-à-dire qu’il peut libérer des fibres dans l’air, ajoute le groupe dans un communiqué. Il en va de la santé des enfants». Selon les élus, le constat est sans appel: huit groupes scolaires seraient concernés par le problème: Léo Lagrange, Henri Wallon, Charles Perrault, Jean Moulin, Saint-Exupéry, Louis Pergaud, Anatole France et Charréard. Soit sept groupes situés sur le plateau des Minguettes «qui paient donc le plus lourd tribut.» 

La mairie se défend

«Il n’y a pas lieu de polémiquer. Le sujet est suffisamment sérieux pour qu’on ne joue pas avec l’inquiétude générale », répond Jean-Dominique Poncet, directeur général des services à la mairie de Vénissieux. Un diagnostic a été fait en 2006 révélant « aucune présence d’amiante friable». «On n’a rien à cacher, insiste Jean-Dominique Poncet. Tout a été transmis aux parents et porté à la connaissance des directeurs scolaires».

Quant au constat que les établissements des Minguettes seraient délaissés? «Nous avons entamé un travail de réhabilitation sur le plateau depuis 1996, justifie-t-il. Ses groupes scolaires sont régulièrement suivis et traités. Les travaux nécessaires ont été réalisés en dehors de la présence des enfants.»