Equipe de France: Pas de répit pour le Villeurbannais Edwin Jackson

BASKET Médaillé de bronze avec les Bleus lors de la Coupe du monde, l’arrière de l’Asvel retrouvera son club dans le courant de la semaine…

Stephane Marteau

— 

Edwin Jackson (9) arbore fièrement sa médaille de bronze conquise avec Florent Pietrus, Evan Fournier, Boris Diaw et Charles Kahudi.
Edwin Jackson (9) arbore fièrement sa médaille de bronze conquise avec Florent Pietrus, Evan Fournier, Boris Diaw et Charles Kahudi. — AFP

Il a été un coéquipier modèle durant toute la durée de la Coupe du monde en Espagne. Sur le banc, où il n’a pas ménagé ses encouragements, mais aussi sur le parquet où il a plutôt bien rentabilisé son faible temps de jeu (4,1 points en 10 minutes de moyenne). Médaillé de bronze avec l’équipe de France, Edwin Jackson a fêté comme il se doit cette performance historique.

 

Mais une fois passée les célébrations, il va devoir, comme tous ses partenaires, retrouver rapidement son club qui a déjà débuté la préparation de la nouvelle saison. Ainsi, l’arrière de l’Asvel est attendu à l’Astroballe dans le courant de la semaine, au même titre que la nouvelle recrue du club, David Andersen. Mais jeudi dernier, juste avant la demi-finale France-Serbie, Pierre Vincent n’était pas en mesure de déterminer la date de sa reprise. «Je ne veux pas l’embêter avec ça. Si les Bleus vont loin, il y aura certainement des manifestations. Il prendra le temps qu’il faudra. Je verrai avec lui quand tout sera fini, même si je pense l’appeler avant la fête», nous avait confié le coach de la «Green Team.»

« Rien ne lui fait peur », affirme Pierre Vincent

Celui-ci n’avait par conséquent aucun doute sur la participation de son international au tour préliminaire de l’Euroligue qui verra l’Asvel entrer en lice, le 23 septembre, contre le club hôte de la compétition, Ostende. «Il sera là, affirme-t-il. Il n’a pas besoin de s’arrêter. Il est capable de se coucher à 8 h du matin après le podium mondial, de venir ici (à Villeurbanne), d’aller à l’Elysée et de revenir le soir pour jouer un match. Rien ne lui fait peur.»

Pierre Vincent est également convaincu de retrouver Edwin Jackson dans de bonnes dispositions physiques, ce qui n’avait pas été le cas après sa participation au Mondial 2010. «Le staff de l’équipe de France est aujourd’hui beaucoup plus pléthorique, souligne-t-il. Les joueurs qui jouent peu, normalement, ils s’entraînent.»