Asvel: Pour Pierre Vincent, «Edwin Jackson va revenir meilleur»

BASKET Le coach de l’Asvel juge la Coupe du monde de son leader offensif, opposé ce vendredi avec les Bleus à la Serbie en demi-finales…

Propos recueillis par Stephane Marteau

— 

Edwin Jackson (F) prend de vitesse le Serbe Bogdan Bogdanovic lors du succès remporté par l'équipe de France en phase de poules de la Coupe du monde.
Edwin Jackson (F) prend de vitesse le Serbe Bogdan Bogdanovic lors du succès remporté par l'équipe de France en phase de poules de la Coupe du monde. — SIPA

Meilleur marqueur du Championnat de France la saison dernière, Edwin Jackson doit se contenter d’un temps de jeu limité en équipe de France depuis le début de la Coupe du monde. Mais son coach à l’Asvel, Pierre Vincent, estime que cette expérience lui sera bénéfique.

Que pensez-vous de la Coupe du monde réalisée par Edwin Jackson ?

De ce que j’ai vu, il est très investi. Il a réalisé un gros match contre la Serbie et son passage contre l’Espagne a été plutôt positif. Ce n’est pas simple d’être un role player car on doit montrer de la joie de jouer, encourager ses partenaires, répondre présent quand on fait appel à vous, et jouer son jeu sans se plaindre de quoi que ce soit. Il remplit très bien sa fonction. Il a une bonne attitude sur le banc. Et ça ne veut pas dire qu’il ne sera pas décisif contre la Serbie en demi-finale.

Etes-vous surpris qu’il ait accepté un statut qui n’est pas le sien à l’Asvel ?

Je n’avais aucun doute car il est discipliné. Sa difficulté réside dans le fait de jouer naturellement son jeu dans un système où on lui demande d’être attentif à d’autres choses. La saison dernière, à l’Asvel, il en a trop fait parce qu’on avait besoin qu’il en fasse trop. Mais ce n’est pas bon pour sa progression. Ce qu’il vit en équipe nationale où il doit être engagé, intense, précis dans ce qu’il y a à faire et en même temps instinctif et efficace, lui sera bénéfique.

Il devrait donc revenir meilleur…

Oui. Il voudrait jouer 40 minutes, mais on ne joue pas 40 minutes au plus haut niveau. On peut faire mieux en moins de temps. C’est ce que j’attends de lui à son retour. C’est un discours qu’il ne va peut-être pas apprécier. Mais j’ai besoin de lui moins souvent et meilleur. Surtout quand on joue deux fois par semaine durant trois mois.