Lyon: La maire du 1er arrondissement dévoile ses priorités

POLITIQUE Nathalie Perrin-Gilbert, en bisbilles par le passé avec Gérard Collomb, s’inscrit aujourd’hui dans une volonté de dialogue et de construction avec l’édile socialiste...

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 9 septembre 2014. La maire du 1er arrondissement de Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert a devoile ce mardi ses priorites dans le cadre du plan de mandat 2014-2020.
Lyon, le 9 septembre 2014. La maire du 1er arrondissement de Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert a devoile ce mardi ses priorites dans le cadre du plan de mandat 2014-2020. — Elisa Riberry / 20 Minutes

Le ton s’est adouci. La hache de guerre semble enterrée. Après un précédent mandat et une campagne des municipales marqués par de fortes dissensions avec le maire PS de Lyon Gérard Collomb, la maire du 1er Nathalie Perrin-Gilbert a semble-t-il décidé de mettre de côté les querelles du passé et de privilégier le dialogue avec la mairie centrale.

«Travailler avec Gérard Collomb»

«Le jour de son installation, Gérard Collomb a dit qu’il serait le maire de tous les Lyonnais. Je le prends comme une attention à tous les quartiers, sans pénaliser ceux qui auraient plus ou moins bien voté», a indiqué ce mardi Nathalie Perrin-Gilbert, lors de la présentation à la presse de ses projets pour l’arrondissement.

Un plan de mandat ambitieux, dont la réalisation dépend en grande partie du bon vouloir du maire de Lyon. «On a eu des signaux de la part de Gérard Collomb marquant une volonté de construction. Cela nous va bien, on est plutôt dans cet esprit-là», a ajouté Jean-Pierre Bouchard, l’adjoint chargé du secteur musical et de la politique événementielle. «On a donné notre feuille de route, réalisée à partir de notre projet de campagne sur lequel nous avons été élus démocratiquement. La responsabilité est désormais entre les mains du maire et de ses adjoints», a déclaré Nathalie Perrin-Gilbert, soucieuse de «travailler avec Gérard Collomb».

Des projets phares

Sur la longue liste de projets prévus dans le plan de mandat, l’équipe du 1er a retenu des chantiers prioritaires à réaliser d’ici à 2020. Parmi eux, la mairie d’arrondissement souhaite transformer l’ancien collège Truffaut, propriété du Grand Lyon, en un lieu de services de proximité. Cette Maison des pentes comprendra notamment une auberge de jeunesse, proposant des services ouverts aux habitants, une crèche à horaires décalés, une maison des associations, une recyclerie et un centre de bien être social (coiffeur à petit prix…).

Autre gros projet, la réhabilitation d’une partie au moins des 6 000 m2 de l’ancienne Ecole nationale des beaux-arts (ENBA) en un lieu de création. «Ce sera un lieu de ressources et de création interdisciplinaires qui abritera une salle de spectacle d’une jauge de 300 personnes. Cela servira notamment aux petites salles qui font des musiques actuelles et manquent souvent de place», précise l’adjointe chargée de la politique culturelle Corinne Soulanet-Bonnéric. L’ENBA accueillera également un espace de co- working dédié aux cultures et arts numériques et une cité des artisans ouverte sur le quartier. La place Chardonnet devrait également être réaménagée en une place agréable à vivre, dédiée en partie aux arts de la rue. La mairie d’arrondissement a aussi prévu de continuer à soutenir activement le projet porté depuis plusieurs années par le collectif Hall Mart' pour faire de la Halle de la Martinière un lieu dédié au goût et un espace de rencontre entre producteurs et consommateurs.

Collomb en arbitre

Cette feuille de route remise mi juillet à Gérard Collomb a également été transmise à la direction générale des services de la mairie centrale et du Grand Lyon afin que les projets proposés soient chiffrés. Les arbitrages du maire de Lyon sur ces propositions ne devraient pas intervenir avant la fin de l’année, une fois passé le conseil municipal de novembre, au cours duquel doivent être débattus les projets d’arrondissements.