A Lyon, les travaux du Grand Stade vont pouvoir continuer

URBANISME Le Juge des référés du Tribunal administratif de Lyon confirme que le Grand Lyon peut poursuivre les travaux sur les terrains expropriés, afin de permettre la desserte de l'ouvrage...

Caroline Girardon
— 
 Aulas et Thiriez devant le projet de Grand Stade de Lyon.
 Aulas et Thiriez devant le projet de Grand Stade de Lyon. — 20 minutes

Il aime se présenter comme «le dernier agriculteur» en pleine ville de Décines. Une sorte de village gaulois à lui seul, qui refuse que les bulldozers du Grand Lyon empiètent sur ses terres pour construire les futurs accès au Grand Stade de l’OL.

Alors que les travaux ont débuté le 1er septembre, Philippe Layat, exproprié la semaine passée de ses parcelles (rachetées un euro le mètre carré) avait été interpellée pour une altercation avec l’un des techniciens du chantier. Libéré de sa garde à vue, il avait alors saisi le tribunal administratif de Lyon pour que cessent les travaux sur le champ et «sous astreinte financière journalière de 10.000 euros». Il avait de fait évoqué «une atteinte au droit de propriété», «une effraction de son domicile» et «une atteinte à son exploitation agricole».

Aucune atteinte au droit de propriété

A l’audience, son avocat, Etienne Tête avait fait valoir de son côté que l’annulation de la déclaration d’intérêt public du Grand Stade, prise par la cour administrative d’appel de Lyon le 14 mai 2014, justifiait à elle seule, l’arrêt des travaux. Un argument qui n’a pas convaincu le juge des référés.

Dans l’ordonnance datée du 6 septembre que 20 Minutes s’est procurée, le tribunal estime que le Grand Lyon peut poursuivre ses travaux. Le juge a considéré que le chantier en question ne porte pas «une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale» nécessitant l’arrêt des travaux et la remise en état des terres du paysan.