Plus de 500 danseurs amateurs paradent à Bron à une semaine du défilé de la biennale

DANSE Une répétition générale du défilé de Bron était organisée ce dimanche dans le centre de la commune, avant la grande parade de la biennale de la danse de Lyon. Un spectacle signé Mourad Merzouki et inspiré de Charlie Chaplin…

Elisa Frisullo

— 

Bron, le 7 septembre 2014. Plus de 500 brondillants ont particpe ce dimanche a la derniere repetition du defile de la biennale de la danse 2014, organise dans le centre de la commune. Mourad Merzouki a signe la choregraphie du groupe de Bron.
Bron, le 7 septembre 2014. Plus de 500 brondillants ont particpe ce dimanche a la derniere repetition du defile de la biennale de la danse 2014, organise dans le centre de la commune. Mourad Merzouki a signe la choregraphie du groupe de Bron. — Elisa Riberry / 20 Minutes

Le 14 septembre prochain, devant 300 000 spectateurs, ils verront se concrétiser des mois d’efforts et d’investissement. Mais en attendant de pouvoir faire vibrer Lyon lors du traditionnel défilé de la biennale de la danse, plus de 500 danseurs amateurs de Bron ont marché ce dimanche après-midi dans le centre de la ville. Une dernière répétition générale conduite sous une chaleur de plomb par Mourad Merzouki, chorégraphe lyonnais, directeur du pôle chorégraphique de Bron Pôle Pik.

Charlot à l’honneur

Pour les dix ans du défilé de la biennale, le danseur hip-hop, également directeur du Centre national chorégraphique de Créteil a lui aussi choisi de remonter le temps et de retrouver Charlie Chaplin, à l’honneur de la parade brondillante de 2006. «L’univers de Charlie Chaplin reste d’actualité aujourd’hui, sa vision et son lien avec la société, son humour», confie Mourad Merzouki.

Lors de la répétition du défilé baptisé «Les Lumières 2 la ville», le public venu assister à la parade en avant-première, a donc retrouvé la locomotive de Charlie Chaplin, qui avait sillonné la ville il y a huit ans, et les personnages inspirés de son univers.

Une préparation exigeante

«On retrouve les riches, les pauvres, les voleurs, les policiers, les séducteurs et les belles. Des intriguent se nouent entre tous les personnages et au fil de la parade, tous les groupes interagissent. La police court après les voleurs, les pauvres tentent de séduire les belles…. », raconte Sylvie, danseuse amateur, qui en 2006 déjà était au rendez-vous.

«Depuis, le niveau de la chorégraphie est plus élevé, l’exigence est encore plus importante et il y a deux fois plus de participants», note-t-elle. A ses côtés, Florence, la cape orange des «riches» sur les épaules, participe à sa deuxième édition, avec toujours beaucoup d’entrain. «C’est l’occasion de rencontrer des gens et de se lancer un défi sportif. La chorégraphie est très technique», explique la jeune femme. Dix ans après le premier défilé, l’ambition du chorégraphe hip-hop n’a pas varié. «J’ai toujours le même souci artistique. Cela a beau être des danseurs amateurs, nous avons préparé le défilé avec eux avec une réelle exigence. Ce n’était pas facile, mais ils ont bossé dur», ajoute Mourad Merzouki, dont l’enthousiasme n’a visiblement pas été entamé par les années.

Une ouverture sur la danse

«La danse rassemble et peut nous aider à prendre du recul par rapport à notre quotidien. On a besoin de ces moments-là». Un point de vue totalement partagé par Guy, retraité. «J’ai travaillé toute ma vie, je me suis peu amusé. Là je m’éclate, je découvre un univers que je ne connaissais pas. S’il n’y avait pas eu le défilé, jamais je ne serais allé voir un spectacle de danse», reconnaît ce Brondillant, qui depuis trois mois travaille à la fabrication de la locomotive, du char et des têtes géantes réparties dans le cortège. Un travail considérable salué et applaudi dimanche par de nombreux spectateurs et un premier succès rassurant à une semaine du grand jour.

Quatorze groupes dans la parade

A Villeurbanne ou Vénissieux, d’autres répétitions générales étaient également organisées en ce dimanche après-midi. Au total, quatorze groupes, soit près de 4 000 danseurs amateurs vont parader dans le centre de ville de Lyon le 14 septembre, à l’occasion du défilé organisé dès 14 heures entre les Terreaux et la place Bellecour.