A Lyon, la fréquentation des piscines a plongé cet été

INFOS 20 MINUTES Les nageurs ont boudé les bassins de la ville en raison principalement des caprices du temps…

Caroline Girardon

— 

Le centre nautique du Rhône a ouvert ses portes le 17 juillet 2014, après 9 mois de travaux.
Caroline GIRARDON / 20 Minutes
Le centre nautique du Rhône a ouvert ses portes le 17 juillet 2014, après 9 mois de travaux. Caroline GIRARDON / 20 Minutes —

Des files d’attente à rallonge à l’entrée du centre nautique du Rhône, des esprits qui s’échauffent sous un soleil brûlant et des bassins saturés… Si les piscines de Lyon, particulièrement celle des quais du Rhône, avaient été prises d’assaut l’été dernier, il n’est rien pour cette année.

Selon la mairie centrale, la fréquentation des piscines lyonnaises a «connu une baisse sensible sur toute la période estivale»: -41% d’entrées enregistrées par rapport à l’été 2013, passant ainsi de 169.058 entrées à 99.575.

46% de fréquentation en moins pour la piscine du Rhône

Le centre nautique du Rhône, refait à neuf, qui enregistre à lui seul la moitié des entrées, a bu la tasse: -46% de fréquentation. 37.000 nageurs sont venus se rafraîchir contre 69.000 l’an dernier. Le retard dans les travaux et la réouverture tardive de l’établissement (le 17 juillet) ont «grevé le potentiel de remplissage». Mais ils n’expliquent pas eux seuls ce mauvais bilan. La météo semble être la principale fautive.

«L’été 2014 a battu des records. Juillet a connu le plus faible taux d’ensoleillement depuis 1932, explique-t-on du côté de la mairie. Et août a été le plus frais depuis des décennies. On a enregistré 27 jours de pluie sur les deux mois contre 13 en 2013. Preuve de l’effet météo sur la fréquentation des bassins lyonnais, c’est la piscine ouverte de Vaise qui enregistre la baisse la plus limitée (-22%).»

Le prix d’entrée individuel, passé de 3.90€ à 8€ «a forcément joué sur la fréquentation», reconnaît la mairie. Les abonnements de 50€ pour 25 entrées ne représentent que 6% des ventes. «Les cartes familles sont également très marginales», poursuit la mairie. «Cet été, les piscines ont principalement été fréquentées par des nageurs sportifs».

Même si les recettes ont de fait baissé de 11,5%, la municipalité affirme qu’il n’y « aura pas d’impact à long terme » sur les finances et les futurs projets, déjà actés.