L'«homme araignée» aux assises

JUSTICE Il dit avoir agit sous l'influence du diable. Le procès du violeur en série Abdelatif B. s'ouvre ce matin devant la cour d'assises du Rhône et devrait durer jusqu'à vendredi. Accusé de viols aggravés et de vols par escalade, cet homme de 26 ans, sévi...

©2006 20 minutes

— 

Il dit avoir agit sous l'influence du diable. Le procès du violeur en série Abdelatif B. s'ouvre ce matin devant la cour d'assises du Rhône et devrait durer jusqu'à vendredi. Accusé de viols aggravés et de vols par escalade, cet homme de 26 ans, sévissant à Lyon, Vil leurbanne ou Meyzieu, avait été surnommé « l'homme araignée ». Grimpant sur les façades des immeubles ou s'aidant d'une échelle, Abdelatif s'introduisait par la fenêtre dans les appartements de femmes vivant seules, pendant leur sommeil. En plus de les agresser sous la menace d'une arme, il leur extorquait de l'argent ou leur volait du matériel hi-fi. « Un véritable prédateur parti en chasse », selon Hervé Banbanaste, défenseur d'une des victimes. En juillet 2003, Abdelatif est interpellé par la police grâce au téléphone dérobé à sa dernière victime. Les enquêteurs font alors le rapprochement avec treize autres crimes, commis à Lyon dès 2001 selon le même mode opératoire. Devant le juge d'instruction, ce plombier de formation soutient avoir agi sous l'influence de « sheitan », autrement dit du diable, et nie toute préméditation. « Il devait pourtant savoir que ces femmes vivaient seules pour s'introduire chez elles », estime Cécile Khenaffou, avocate d'une des parties civiles. Une récente expertise psychiatrique le déclare apte à répondre aux questions lors du procès, malgré une altération du discernement. Il encourt jusqu'à vingt ans de réclusion. Le verdict sera rendu vendredi.

Dalya Daoud