Vers une pénurie de remplaçants dès la rentrée dans l'académie de Lyon?

Education A quelques jours de la reprise des cours, le syndicat enseignat du second degré Snes craint une rentrée « tendue » en raison notamment du manque de professeurs remplaçants...

Elisa Frisullo
— 
Des élèves de collège
Des élèves de collège — Jeff Pachoud AFP

Mardi, les établissements du second degré de l’académie de Lyon devraient accueillir près de 2.800 élèves de plus. Pour faire face à cette hausse, 114 postes supplémentaires ont été affectés par le rectorat de Lyon. Des dotations importantes qui, malgré tout, ne devraient pas suffire, selon le syndicat enseignant Snes à éviter les habituelles tensions de rentrée.

«Cela fait un peu rengaine de dire ça, mais la rentrée va être compliquée. Le fait est qu’il n’y aura pas assez de postes par rapport au nombre d’élèves supplémentaires attendus», confie Benoît Teste, secrétaire académique du syndicat du second degré.

Peu de titulaires remplaçants disponibles

En cette veille de rentrée, dans les collèges et lycées, la plus grande inquiétude repose sur le manque de professeurs remplaçants. «Avec le même nombre d’enseignants stagiaires que les rentrées précédentes, on perd 125 équivalents temps pleins sur l’académie», précise Ludivine Rosset, secrétaire académique adjointe au Snes. En fonction du concours (Capes, concours exceptionnel) auquel ils ont été reçus, les enseignants stagiaires n’effectuent pas le même nombre d’heures devant les classes.

«Alors pour combler ce vide, l’administration a puisé dans le vivier des titulaires en zone de remplacement (TZR), également moins nombreux en cette rentrée. Normalement, les TZR permettent de remplacer les absences en cours d’année et ne devraient pas être affectés à un poste dès la rentrée. Ce qui veut dire que très vite, on va se retrouver avec d’importantes difficultés pour remplacer les professeurs en arrêt maladie, les congés maternité», ajoute le Snes.

Des postes non pourvus à la veille de la rentrée

Dans certains établissements déjà, la rentrée s’annonce tendue. Au collège de Saint-Fons, classé en zone d’éducation prioritaire, deux postes de professeurs de maths n’avaient toujours pas été pourvus, mardi selon le Snes. Même situation au collège Elsa Triolet de Vénissieux, où deux postes en maths et deux postes en lettres modernes n’avaient pas trouvé preneurs.

«Il est possible qu’à la rentrée, le rectorat parvienne à mettre un professeur devant chaque classe. Mais en cours d’année, s’il y a des absences, il sera impossible de mettre des remplaçants», insiste Ludivine Rosset. En mathématiques notamment, matière qui depuis des années peine à attirer de jeunes professeurs, plus aucun poste de TZR n’est déjà disponible, en cette veille de rentrée, pour pallier d’éventuelles absences dans l’académie. Contacté ce vendredi par 20 minutes, le rectorat de Lyon a indiqué qu’il s’exprimerait sur les conditions de rentrée lors d’un point presse prévu lundi.