Rhône: Une saison qui aurait pu tomber à l’eau

TOURISME Les caprices du temps et la crise ont plombé l’été. Seulement  58% des professionnels se disent satisfaits de la fréquentation de leurs établissements...

Caroline Girardon

— 

Des touristes dans un bateau de la compagnie Naviginter sur la Saone à Lyon, le 9 juillet 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Des touristes dans un bateau de la compagnie Naviginter sur la Saone à Lyon, le 9 juillet 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

«Une météo exécrable», «un contexte économique morose»… A l’heure du bilan de l’été, les professionnels du tourisme dans le Rhône font grise mine. «Mitigé» est le mot qui revient le plus dans leurs bouches. «Le mois d’août, un peu meilleur que juillet, a permis d’éviter la catastrophe», estime l’Observatoire du Tourisme qui vient de publier les résultats d’une enquête menée auprès de 91 personnes.

Un peu plus de la moitié, 58 % précisément, se disent satisfaits de la fréquentation de leur établissement. On est loin des 86 % de 2011 et des 76 % de 2012. Beaucoup ont vu leurs hôtels, campings ou chambres d’hôtes, remplis à moitié, avec une clientèle ne passant guère plus de deux jours sur place.

Les campings les plus pénalisés

«Du fait de la baisse du pouvoir d’achat et des conditions météorologiques, les touristes, comme les excursionnistes, partent moins loin et moins longtemps, avance l’observatoire. Ils changent de destination à la dernière minute, écourtent leur séjour quand ils ne l’annulent pas et dépensent peu», détaille l’Observatoire. Dans ce contexte, seuls les gîtes de France tirent leur épingle du jeu.

A l’inverse de l’été dernier, «les gestionnaires de campings et les prestataires d’activités en extérieur ont été les plus pénalisés du fait de la météo, indique l’Observatoire. A contrario, les offices du Tourisme ont connu une activité soutenue.» A commencer par celui de Lyon qui a enregistré la visite de 86.000 personnes depuis le 1er juillet.

Fréquentation stable à Lyon

«On observe une légère augmentation par rapport à l’été dernier: +4.2 %», indique Only Lyon. Petite nouveauté: le nombre de visiteurs français a progressé de 11 points en un an pour atteindre 45 %. «Cela montre un net changement du comportement des Français, analyse-t-on du côté de l’Office du Tourisme de Lyon. En raison de la conjoncture difficile qui a un impact sur le pouvoir d’achat, les séjours sur le littoral ont tendance à se raccourcir.»

Par conséquent, les gens préfèrent désormais compléter leurs vacances par des courts séjours de «découverte» profitant aux villes. Celle de Lyon a, par exemple, vu le nombre de ses visites guidées augmenter de 7 % au cours de l’été.

Lyon plaît aux Européens
Les touristes américains ont été les plus nombreux à venir à Lyon au mois de juillet (5,8 %) bien que les visiteurs européens restent majoritaires sur l’ensemble de l’été. Les Espagnols et les Allemands représentent à eux seuls plus de 33 % des touristes étrangers. Les Américains et les Australiens, 10 %. Seuls les Canadiens ont boudé Lyon cette année puisqu’ils quittent le Top 5 des visiteurs étrangers.