Remaniement du gouvernement: Gérard Collomb ne «ferme pas la porte au gouvernement»

Remaniement Le maire PS de Lyon, Gérard Collomb s'est dit prêt à «aider le gouvernement»...

Caroline Girardon

— 

Le maire de Lyon, Gérard COLLOMB (PS), le 4 février 2013. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Le maire de Lyon, Gérard COLLOMB (PS), le 4 février 2013. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

«Arnaud Montebourg a franchi le Rubicon». Quand il s’agit de juger les propos du ministre de l’Economie et de défendre le bilan du Premier ministre Manuel Valls, Gérard Collomb, n’y va plus par quatre chemins. Interrogé sur le remaniement, le maire PS de Lyon a estimé ce lundi, que «Le président de la République et le Premier Ministre ne pouvaient que prendre cette décision». «Il faut plus de solidarité. Il ne peut y avoir que l’affirmation d’une seule ligne politique parmi les membres du gouvernement. Celle définie par Manuel Valls», argumente-t-il. Et d’ajouter: «Ce qui nuit aux deux dernières années, ce sont les divergences.»

Pas de coup de téléphone

Habitué à balayer d’un revers de main l’hypothèse selon laquelle il pourrait être ministrable, Gérard Collomb a cette fois changé de discours. «Prêt à aider le gouvernement», le maire de Lyon précise qu’il ne «ferme pas la porte», aimant à rappeler que le gouvernement s’est récemment inspiré de ce qu’il a initié en région lyonnaise.

«On est en train de créer des métropoles partout en France sur l’exemple lyonnais. Cela permet de créer de la croissance et participe au redressement productif.» Proche de Manuel Valls, il affirme toutefois ne «pas avoir reçu de coup de téléphone». Gérard Collomb viendra-t-il gonfler le «gang des Lyonnais» au sein du gouvernement, en prenant place aux côtés de Najat Vallaud Belkacem et Thierry Braillard? Réponse mardi.