L’Université de Lyon vise le Top 10

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Regroupant 12 universités et grandes écoles de Lyon et Saint-Etienne, la structure entend faire partie des meilleurs établissements européens…  

C.G. avec AFP

— 

Un amphithéâtre dans une université en France
Un amphithéâtre dans une université en France — Joel Saget AFP

Son ambition: intégrer le top 10 des meilleures universités européennes. L’Université de Lyon vient de changer de statut. Un statut qui l’élève désormais au rang de «méga établissement pluridisciplinaire». Car elle regroupe 11 universités et grandes écoles de Lyon et Saint-Etienne, parmi lesquels l’ENS, l’Insa ou encore SciencesPo Lyon.

Engagés depuis un an, à la suite de la promulgation de la loi Fioraso sur l’enseignement supérieur et la recherche, les travaux entre les différents acteurs de ce regroupement ont abouti mercredi à la création d’une communauté d’universités et établissements (Comue). Bien qu’il ne s’agisse pas d’une fusion, ce rapprochement doit permettre de regrouper les quelque 130.000 étudiants et 11.500 enseignants et chercheurs sous «une bannière commune». Une façon de construire ensemble «une université nouvelle, encore plus forte et plus attractive».

Améliorer les formations

«La Comue ne sera pas un établissement supplémentaire dans le paysage universitaire déjà bien assez complexe», préviennent les acteurs de ce projet, qui ambitionnent de mettre fin au morcellement de l’enseignement supérieur dans la métropole lyonnaise. Parmi les autres objectifs affichés: améliorer la qualité de vie étudiante et assurer la promotion du site au niveau international. Car jusqu’ici, les établissements lyonnais n’ont guère rayonné au-delà des frontières. En 2013, seuls l’ENS et L’université Claude-Bernard (Lyon 1) s’étaient classés dans le plus célèbre des palmarès internationaux, entre la 201e et la 300e place.

«Nous souhaitons faire de l’Université de Lyon, l’une des 10 meilleures universités européennes à moyenne échéance, c’est-à-dire dans les 5 à 10 ans», a expliqué son président Khaled Bouabdallah. «On va avoir un système où les chefs d’établissements membres participent à un exécutif resserré en tant que vice-président. C’est le pari qu’on fait».

Le Décret de création de la Comue sera publié au cours du semestre 2014. Et la nouvelle gouvernance devrait entrer en vigueur lors du 1er trimestre 2015. Une vingtaine d’ensembles universitaires de ce type «Comue» ont vu ou doivent voir le jour très prochainement en France.