Des affectations casse-tête

Caroline Girardon

— 

En janvier, une partie du conseil général sera absorbée par le Grand Lyon.
En janvier, une partie du conseil général sera absorbée par le Grand Lyon. — C. Villemain / 20 Minutes (archives)

«Ça part mal.» La phrase est lâchée. Alors que les discussions ont commencé concernant le temps de travail des agents de la future métropole, les syndicats ont claqué la porte des négociations. « Il n'y a aucune proposition sérieuse, c'est un mépris total envers le personnel », estime Pascal Bouchard, représentant CFDT. Motif de sa colère : le projet d'accord sur le temps de travail présenté aux agents leur ferait perdre une partie de leurs acquis.

Réponse le 15 septembre


De 27 à 29 jours de congés payés, ils passeraient à 25 jours. Les 8 jours accordés pour des mariages seraient ramenés à 5 jours. Même chose pour les autorisations d'absence comme les journées « enfant malade » dont le solde serait également revu à la baisse. « Avant de parler de jours de congés, il faudrait commencer par parler de jours travaillés et se mettre à 1 607 heures par an, comme l'exige la loi, rétorque Michèle Vullien, vice-présidente en charge de la métropole et Grand Lyon. Or, les agents du Grand Lyon travaillent en moyenne 5 jours de moins que ceux du département. La question est désormais de savoir comment mettre tout cela en ordre de marche. Je suis ouverte à toute suggestion. » Mais l'inquiétude des agents ne se limite pas seulement au temps de travail. A moins de six mois de la mise en place de cette métropole où le Grand Lyon absorbera en partie le département, leur sort reste encore flou. « Est-ce qu'un agent qui quittera le conseil général va garder le même temps de travail ? La même rémunération ? Nous n'avons aucune information là-dessus, poursuit Pascal Bouchard. Comment vont travailler les agents de la métropole ? Est-ce qu'il y aura des régimes indemnitaires différents ? On ne le sait pas. »

« Je n'ai pas de boule de cristal, répond Michèle Vullien, appelant les syndicats à revenir à la table des négociations. C'est en train d'être construit. Chacun saura le 15 septembre où il sera affecté. »

■ Un préavis de grève déposé pour ce jeudi

Les syndicats du département du Rhône, qui dénoncent l'opacité des opérations de transfert des compétences, ont déposé un préavis de grève pour ce jeudi. La réunion qui devait se tenir avec les syndicats pour aborder les questions de prévoyance, n'aura de fait pas lieu, selon Michèle Vullien, vice-présidente en charge de la métropole.