Une cour bien peu récréative

Elisa Riberry

— 

La cour aménagée quai Saint-Antoine est loin d'être adaptée aux enfants.
La cour aménagée quai Saint-Antoine est loin d'être adaptée aux enfants. — E. Riberry / 20 Minutes

D'un côté, un parking. De l'autre, un vaste chantier. Et au milieu, une cour, sommairement aménagée pour accueillir 400 écoliers pendant leurs récrés. Depuis quelques semaines, les parents d'élèves des écoles Saint-Nizier Tour Pitrat et Lévy-Strauss sont mobilisés pour obtenir de Lyon Parc Auto (LPA) l'aménagement d'une cour sécurisée, ombragée et propre pour leurs enfants. Leur aire de jeux d'origine, située quai Saint-Antoine (2e) sur l'emprise du chantier de construction d'un parking souterrain, a en effet dû être délocalisée à quelques dizaines de mètres de là, sur un parking, encore partiellement en service. « C'était prévu mais tout a été fait en dépit du bon sens. On ne veut en rien empêcher le chantier, mais il faut quand même penser aux enfants qui vont subir les travaux pendant trois ou quatre ans », s'agace Jacques de Boissieu, président de l'association de parents d'élèves (Apel) Saint-Nizier. La liste de récriminations des parents, qui ont fait circuler une pétition, est longue.

Des améliorations promises


« La palissade en tôle censée les protéger du chantier réfléchit beaucoup la lumière. Le sol est très abrasif, les enfants se blessent les genoux. Il n'y a pas d'ombre, l'accès n'est pas sécurité et l'hygiène plus que limite », détaille le président de l'Apel. Interpellé par les familles au même titre que la mairie centrale, LPA a prévu d'apporter des améliorations d'ici à la rentrée. « Il y a notamment une réflexion en cours pour apporter de l'ombre et améliorer la qualité du sol. Nous faisons le maximum, mais un chantier en centre-ville, c'est toujours compliqué », explique François Gindre, directeur de LPA. « Les familles ont été entendues. Un travail est en cours pour améliorer la situation », assure la mairie de Lyon.

■ Un vaste chantier de construction

La construction du parking souterrain de 800 places, lancée quai Saint-Antoine, doit s'achever fin 2016. Une fois bâti, l'actuel parc sera démoli. Les 5 hectares alors libérés seront réaménagés en « terrasses » au bord du fleuve, dans le cadre du projet Rives de Saône. Une vaste et belle cour de récréation dédiée aux écoles du quartier sera alors réalisée. Mais seuls les enfants aujourd'hui scolarisés en maternelle peuvent espérer en profiter.