Trafic perturbé à cause d'actes de malveillance

— 

A l'origine, plus de 7 TER sur 10 auraient dû circuler lundi en Rhône-Alpes où la grande majorité des cheminots a voté la fin de la grève vendredi. Mais le trafic a finalement été davantage perturbé, à cause d'actes de malveillance commis, à l'aube lundi, sur 40 kms de voies entre Lyon et Grenoble et Valence et Grenoble. « Des dispositifs de sécurité de circulations ont été actionnés, entraînant l'arrêt immédiat du trafic », a précisé la direction régionale de la SNCF. Au total, une quinzaine de sites ont été touchés, en Isère essentiellement. « Une quarantaine de trains ont dû être détournés ou ont été retardés, avec des répercussions sur le nœud ferroviaire lyonnais », a ajouté la SNCF, regrettant «l'attitude jusqu'au-boutiste des personnels en grève» et appelant chacun «au sens des responsabilités.»

La SNCF a diligenté une enquête interne et déposé plainte à la gendarmerie de Renage, en Isère. E. R.