Veuillet cesse sa grève de la faim

INFORMATION 20 MINUTES Ce sont ses amis qui lui ont recommandé d'arrêter. Le conseiller principal d'éducation Roland Veuillet, 51 ans, a interrompu hier matin la grève de la faim qu'il avait entamée le 24 décembre à Lyon pour contester une sanction disciplinaire. Dans un c...

©2006 20 minutes

— 

Ce sont ses amis qui lui ont recommandé d'arrêter. Le conseiller principal d'éducation Roland Veuillet, 51 ans, a interrompu hier matin la grève de la faim qu'il avait entamée le 24 décembre à Lyon pour contester une sanction disciplinaire. Dans un communiqué, ses proches indiquent qu'il était « épuisé à l'extrême et à deux doigt du coma ». En cinquante-six jours de grève de la faim, Roland Veuillet, qui ne s'autorisait que de l'eau sucrée, est passé de 82 à 62 kg. « Il a pris une soupe. Il se réalimente partiellement sans assistance médicale », a confirmé hier Mickaël Goyot, membre de son comité de soutien. Vendredi, à sa sortie de l'hôpital du Vinatier, où il avait été interné d'office durant vingt-quatre heures, Roland Veuillet avait affirmé qu'il souhaitait poursuivre son jeûne malgré son affaiblissement. Il avait notamment obtenu le soutien de José Bové et d'élus communistes dans son bras de fer avec le ministère de l'Education nationale en vue de faire annuler sa sanction. Roland Veuillet, militant à SUD-Education, avait été muté de Nîmes à Lyon en 2003 après avoir pris part à une grève des surveillants. Cette décision avait été confirmée en appel par la justice administrative de Lyon. Roland Veuillet avait débuté sa grève de la faim dans une camionnette garée devant le tribunal administratif de Lyon, à qui il reprochait de s'être prononcé « sur la forme et pas sur le fond ». Un médiateur, désigné la semaine dernière par ministre de l'Education, Gilles de Robien, devrait faire des propositions aujourd'hui pour « une sortie de crise ».