Opération séduction pour l'Opéra

PORTES OUVERTES Plus de deux heures d'attente et une file qui s'étend jusque dans la rue de la République. L'Opéra de Lyon (1er) a été assailli samedi par un flot continu de visiteurs. Un succès dû notamment à l'aspect participatif de cette journée portes ouvertes. ...

©2006 20 minutes

— 

Plus de deux heures d'attente et une file qui s'étend jusque dans la rue de la République. L'Opéra de Lyon (1er) a été assailli samedi par un flot continu de visiteurs. Un succès dû notamment à l'aspect participatif de cette journée portes ouvertes. « C'est un signe que l'Opéra est un lieu accessible, qui souffre de faux préjugés », estime son directeur Serge Dorny. Les musiciens amateurs venus avec leurs propres violons, les enfants maquillés par les professionnels de l'Opéra, et les ballons suspendus jusque dans les coulisses ont ainsi donné à cette institution lyonnaise une atmosphère de kermesse le temps d'une journée.Circulant dans chaque recoin du lieu, les visiteurs, Papageno d'une après-midi, ont repris à tue-tête des pièces de Mozart et Bizet, dirigés tambour battant par Alan Woodbridge. Et malgré quelques fausses notes inévitables, le chef de choeur anglais confiait n'avoir jamais assisté à un tel engouement du public, « en quinze années passées à l'Opéra ». Au sous-sol, dans l'amphithéâtre où se produisaient quelques divas et ténors en herbe, Martha, étudiante colombienne, a choisi sa robe dans l'empressement, aidée par Danièle, costumière à l'Opéra depuis trente-sept ans. Malgré le trac, son interprétation de Carmen lui aura finalement valu d'être acclamée par le public. « C'était la meilleure », jugeait Nadia, l'une des danseuses de street-jazz toulousaines venues participer à la « battle » (concours de danse), organisée le soir pour clore cette journée.

Dalya Daoud