Lyon bientôt dans la danse

Elisa Riberry

— 

En 2012, plus de 4 000 danseurs amateurs avaient participé au défilé.
En 2012, plus de 4 000 danseurs amateurs avaient participé au défilé. — C. Villemain / 20 Minutes (Archive)

Des dizaines de milliers de spectateurs attendus, des centaines d'artistes venus du monde entier pour éblouir le public… Du 10 au 30 septembre, Lyon va une nouvelle fois s'animer lors de 16e édition de la biennale de la danse dévoilée mardi par Dominique Hervieu, directrice artistique de l'événement. Des temps forts et spectacles à découvrir ou réserver dès ce mercredi midi sur www.labiennaledelyon.com.

Des premières mondiales. Comme en 2012, Dominique Hervieu a décidé de placer cette édition sous le signe de la diversité. «Pas de thème central », donc, mais « une biennale populaire et expérimentale, ouverte à la variété des styles», résume la directrice. Sur les quarante-cinq spectacles qui seront présentés dans douze villes du Grand Lyon et de Rhône-Alpes, le public pourra découvrir dix-sept premières mondiales. Parmi ces immanquables créations : le spectacle haute voltige pour vingt-deux acrobates de la Compagnie XY, la dernière création avant sa prise de fonction à l'Opéra de Paris de Benjamin Millepied «L.A. Danse project» ou le ballet hip-hop pour seize danseurs créé par Kader Attou. Pour sa première venue à Lyon, le chorégraphe américain Wiliam Forsythe, dévoilera «The Forsythe compagny», un condensé de 30 ans de répertoire…

Les dix ans du défilé. Pour cet anniversaire, le célèbre défilé, qui sillonnera la Presqu'Ile le 14 septembre, reviendra à ses origines, avec un char «made in Rio» invité à lancer les festivités. Il sera accompagné des 500 percussionnistes et saxophonistes du «Sambasax», chargés de recréer en musique la ferveur du carnaval brésilien. Plus de 4 500 danseurs amateurs devraient participer au défilé qui s'achèvera place Bellecour par la traditionnelle Samba Tarandelle. Près de 10 000 personnes devraient venir danser à l'unisson sur des mouvements simples et ludiques imaginés par les chorégraphes du défilé.

Des événements grand public. Au-delà des spectacles en salle, la biennale sera une nouvelle fois marquée par de nombreux temps forts destinés à démocratiser la danse. Les jeudis, vendredis et samedis soirs, des cours de danse africaine, martiniquaise ou hip-hop seront dispensés aux Terreaux. Une battle des enfants est organisée pour les 7-9 ans et 10-13 ans le 27 septembre et un bal hip-hop est prévu le 16 à Tarare. Des projections, conférences, rencontres avec des artistes et ateliers expérimentaux ponctueront le festival dans le cadre de la «Fabrique du Regard» destinée «à aider le public à développer un regard critique».