L'immobilier continue sa grimpée

IMMOBILIER Dans la lignée des deux années précédentes, le marché du neuf est resté très actif l'an passé avec une demande toujours soutenue

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Une année 2006 record pour l'immobilier lyonnais. Dans la lignée des deux années précédentes, le marché du neuf est resté très actif l'an passé avec une demande toujours soutenue et une progression des nouvelles constructions sur l'ensemble de l'agglomération. Près de 4 750 ventes dans le neuf ont ainsi été réalisées, soit 24 % de plus qu'en 2005, pour 5 781 nouveaux logements (+12%) mis en vente. Si l'attractivité de l'extérieur du Grand Lyon a été confirmée - 18 % du total des transactions - la communauté urbaine est également parvenue, après plusieurs années de recul, à revenir dans la course. Fin décembre, 43 % des transactions dans le neuf et 45 % des mises en vente avaient été réalisées dans l'un des neuf arrondissements lyonnais. « Cela s'explique par la sortie des grands projets urbains, tels que les programmes immobiliers de Labuire (3e), du Confluent (2e) ou de la Duchère (9e), en partie commercialisés », note Jean-Jacques Mathias, président du centre d'études de la conjoncture immobilière (Cecim).Côté prix, la baisse annoncée n'aura pas eu lieu en 2006, mais « nous avons assisté à une hausse ralentie », ajoute Jean-Jacques Mathias. En progression de 9 % par rapport à 2005, le prix moyen a atteint les 3 197 eur/m2 dans le Grand Lyon, avec une pointe de 4 794 eur/m2 observée dans le 1er arrondissement, en mal de nouvelles constructions. Sans surprise, les T2, parfaits pour les premiers achats, et les T3, prisés par les seniors de retour en ville, ont représenté, en 2006, 31 % et 37 % des ventes totales de logements.

Elisa Frisullo