«J'essaie de rester la même»

Propos recueillis par Stéphane Marteau

— 

En 2014, Caroline Garcia a remporté son premier tournoi et intégré le Top 50.
En 2014, Caroline Garcia a remporté son premier tournoi et intégré le Top 50. — Chris Lee/AP/SIPA

Malgré son revers concédé jeudi face à Karin Knapp en quarts de finale du tournoi de Nuremberg (6-7, 6-4, 6-4), Caroline Garcia (46e à la WTA) sera l'un des principaux espoirs tricolores à Roland-Garros.

Quel a été le moment le plus fort au cours de ces trois derniers mois ?

Il y en a eu tellement et ils se sont tous enchaînés rapidement. J'ai l'impres

sion parfois que c'était il y a des années-

lumière. A Bogota, où j'ai remporté le simple et le double, j'ai vécu une semaine magnifique. Sortir invaincue d'un tournoi procure un sentiment de fierté et de bonheur. Le barrage de Fed Cup remporté face aux Etats-Unis a aussi été un moment incroyable parce que je ne m'attendais pas à jouer aussi bien, à prendre autant de plaisir et à apporter autant à l'équipe.

Le regard des autres a-t-il changé ?

Pas vraiment. Beaucoup de joueuses m'ont félicité pour mon titre parce qu'elles savent que c'est très difficile de gagner un tournoi. Certaines n'ont jamais réussi à le faire. Pour ma part, j'essaie de rester la même, d'être simple.

Quels sont les changements les plus importants que vous avez constatés ?

J'ai beaucoup plus de sollicitations médiatiques. Je reçois aussi beaucoup de messages de félicitations et d'encouragements de la part de gens qui me suivent depuis plus ou moins longtemps.

Votre situation financière s'est-elle améliorée ?

Avec ma famille, nous avons connu des moments très difficiles car lorsqu'on débute sa carrière, on est plus souvent dans le rouge que dans le vert. Aujourd'hui, ça commence à s'équilibrer. Mais il faut savoir gérer car nous sommes loin de rouler sur l'or.

Vous êtes-vous fait un petit plaisir après le tournoi de Madrid où vous avez obtenu votre plus gros chèque ?

Je me suis acheté un iPhone. Ce n'est pas terrible, mais c'est déjà pas mal (rires). J'ai aussi fait plaisir aux gens qui m'entourent parce que j'aime bien rendre à ceux qui m'ont apporté même s'ils ne m'ont jamais rien demandé en retour.

ç

a fait toujours plaisir d'avoir un bon prize money. Mais il faut essayer de continuer pour en avoir de plus gros (rires).

Les sponsors se manifestent-ils davantage ?

Il n'y a pas encore eu un gros déclic. Il faut s'ancrer dans la régularité pour qu'ils viennent plus franchement.