Hubert Fournier a fait ses preuves

Stéphane Marteau
— 
L'entraîneur de Reims Hubert Fournier en février 2013.
L'entraîneur de Reims Hubert Fournier en février 2013. — POL EMILE/SIPA

Favori pour succéder à Rémi Garde sur le banc de l'OL, Hubert Fournier, qui serait attendu à Lyon ce jeudi pour finaliser son contrat, a déjà une longue expérience derrière lui. Cet ancien défenseur central, passé notamment par Guingamp, Mönchengladbach et l'OL (1998-2000), a fait ses premières armes à Boulogne-sur-Mer où il fut l'adjoint de Philippe Montanier durant quatre saisons (2004-2008). «De par sa fonction, il était très proche des joueurs, très sympa et très chambreur, indique l'ancien gardien nordiste Richard Trivino. Mais quand il avait quelque chose à dire, il le disait. Philippe Montanier lui laissait faire beaucoup de choses. ça lui arrivait d'animer les séances et je me souviens qu'avec lui, on travaillait beaucoup les coups de pied arrêtés.»

Ce fut également le cas à Gueugnon, où Hubert Fournier a été promu entraîneur en chef en 2008. «Les entraîneurs n'ont pas toujours le temps de travailler les coups de pied arrêtés. Lui le faisait. Et quand je regarde les matchs de Reims, je constate que les combinaisons sont les mêmes que celles qu'on travaillait à Gueugnon», souligne Jean-Marie David. Pour l'ancien milieu de terrain du club bourguignon, les similitudes ne s'arrêtent pas là. «A Reims, qui est une équipe sympa à voir jouer, je retrouve la patte de Fournier car il privilégie un football posé avec des défenseurs qui orientent le jeu. A Gueugnon, nous n'arrivions pas à le faire car nous n'avions pas l'effectif pour.»

L'expérience a ainsi tourné court pour Fournier qui fut limogé en décembre 2008. «Une carrière est faite de hauts et de bas. Mais les bas ne sont pas forcément dûs à l'incompétence», estime Richard Trivino. «Il a progressé car c'est quelqu'un de humble qui sait se remettre en question», affirme Jean-Marie David.

■ Rémi Garde termine sur une défaite

Il avait débuté sa carrière d'entraîneur à l'OL le 8 juillet 2011 lors d'un match amical perdu face à Salzbourg (1-0). Il l'a achevé de la même manière en s'inclinant mercredi devant l'équipe coréenne de Jeonbuk (2-0). «C'est une page qui se tourne. Une partie de ma vie va maintenant changer», a déclaré Rémi Garde, qui a aligné une formation très rajeunie en raison de l'absence d'une quinzaine d'éléments retenus en sélections nationales ou blessés.