Emploi: Ces secteurs qui recrutent dans le Rhône

ECONOMIE Selon une enquête de main-d’œuvre, le Rhône recense 58.770 projets d’embauche...

Caroline Girardon

— 

Illustration d'une agence Pôle Emploi.
Illustration d'une agence Pôle Emploi. — LCHAM/SIPA

Des recrutements saisonniers mais pas seulement. Cette année, le Rhône a encore plus besoin de main-d’œuvre que l’an dernier. Presque 58 800 projets de recrutement ont été recensés dans le département par Pôle emploi.

La restauration peine encore à recruter

En tête des secteurs qui recrutent: l’agriculture et la viticulture recherchant plus de 9.500 paires de bras, principalement pour les semaines de vendanges à venir à la fin de l’été ou pour la cueillette des fruits.

Si ces métiers restent les plus demandeurs de main-d’œuvre, les agents d’entretien de locaux (y compris les Atsem) ne sont pas en reste. Tout comme les professionnels de l’animation socioculturelle. Faut-il y voir un lien avec la réforme sur les rythmes scolaires? Toujours est-il que 2.300 embauches seraient prévues dans ce secteur avant la fin de l’année.

Prise de conscience des demandeurs d’emploi

Viennent ensuite les secteurs de la restauration, de l’aide à domicile ou d’aide ménagère et du service (restaurants-cafés), qui projettent de recruter chacun entre 1 500 et 2 000 personnes. « Ce sont des métiers qui ont des difficultés à embaucher car il faut être mobile ou être en mesure de s’adapter à la pénibilité des horaires, explique Daniel Meyer, directeur territorial de Pôle emploi Rhône. Mais au fil des années, la situation s’améliore car il y a une prise de conscience des demandeurs d’emploi qui réalisent que ce ne sont pas des métiers au rabais et qu’il y a pour eux, de vraies opportunités d’évolution. »

Selon Pôle emploi, les secteurs  recensant des agents administratifs, aides-soignants, ingénieurs, cadres d’études et chefs de projets informatiques sont également en tension. même chose pour les métiers liés à la sécurité. « En un an, on a enregistré une augmentation de 20 % des demandes des entreprises dans ce domaine, note Dominique Bidault, directrice de l’agence Pôle emploi à Tassin. Ce sont des métiers qui ont beaucoup changé depuis quatre ans. Aujourd’hui, il ne suffit plus d’avoir une carrure, les diplômes sont aussi obligatoires.