Un policier poursuit sa grève de la faim pour une meilleure retraite

REVENDICATION Patrice Caro ne désarme pas. Hier, ce policier de 47 ans a entamé sa neuvième journée de grève de la faim, devant l'hôtel de police de Lyon. Placé en invalidité, ce gardien de la paix, grièvement blessé lors d'une intervention en 1999 et traumatisé d...

©2006 20 minutes

— 

Patrice Caro ne désarme pas. Hier, ce policier de 47 ans a entamé sa neuvième journée de grève de la faim, devant l'hôtel de police de Lyon. Placé en invalidité, ce gardien de la paix, grièvement blessé lors d'une intervention en 1999 et traumatisé depuis, doit être mis en préretraite pour maladie professionnelle. « Je ne toucherai que 63 % de ma retraite », plaide le policier. Il réclame le statut d'officier pour bénéficier d'une meilleure pension.

E. F.