Les marionnettes en vedette à la biennale de Lyon

THEATRE La biennale de marionnettes Moisson d'avril se tient jusqu'au 30 avril à Lyon et dans ses environs...

Jérémy Laugier

— 

Le spectacle «Le Charmeur de serpent».
Le spectacle «Le Charmeur de serpent». — Gaëlle Tyczinsky

Moisson d’avril n’aura jamais été un long fleuve tranquille. Mais depuis 1999 et un trio (Bruno Leone, Paz Tatay et Chignolo), la biennale de marionnettes a su monter en puissance pour accueillir une vingtaine de spectacles lors de sa 10e édition jusqu’au 30 avril. Avec une tendance encore plus marquée que dans le passé pour les créations destinées aux ados-adultes, à l’instar du très attendu Antigone qui a ouvert la biennale mardi (19h30) au Théâtre nouvelle génération (TNG).

Un théâtre en travaux

La compagnie alsacienne l’Ateuchus proposera de son côté une grande aventure… dans une baignoire avec Prélude à la fuite le 29 avril dans la petite salle du TNG (9e). La biennale, qui vise les 5 000 spectateurs, offre une rare fenêtre d’exposition au théâtre Guignol de Lyon, privé de son site historique pour de longs mois en raison de travaux. «Nos comédiens ont nettement moins de travail dans ces conditions mais l’objectif est de célébrer la marionnette, pas de pleurer», assure Zoé Busca, chargée de communication de la biennale.

8 euros le premier spectacle, 5 euros les suivants. Renseignements au 04.78.28.92.57 et programme complet par ici