Les CCI fustigent les villages de marques

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Levée de boucliers des présidents des chambres de commerce et d'industrie de la région. Réunis aujourd'hui pour un forum à Bourgoin-Jallieu, les représentants de Lyon, de l'Ain, du Nord-Isère et de la Drôme protestent contre les quatre projets de création, dans leur département respectif, de centres de magasins dits de marques (CMM). Dans les années à venir, les villes de Tournus (Saône-et-Loire), Riorges (Loire), Bellegarde (Ain), et Villefontaine (située à 30 km de Lyon, en Isère) pourraient se voir dotées de CMM identiques au célèbre « Marques Avenue » de Romans, lui-même concerné par un projet d'agrandissement.

Ces magasins permettent aux enseignes d'écouler les invendus des collections précédentes en cassant leur prix. « C'est une vraie menace pour l'activité des petits commerçants des centres-villes », dénonce Jean-Paul Mauduy, président de la chambre régionale de commerce et d'industrie de Rhône-Alpes. Conscient cependant du succès de ces villages auprès des consommateurs, il espère les convaincre de leur impact « gravissime » pour le bassin d'emploi régional. Jean-Paul Mauduy veut également mettre en garde le public. « Beaucoup d'usines fabriquent des produits de second choix à destination de ces magasins, qui annoncent parfois de fausses réductions, » prévient-il. Cet après-midi à Bourgoin-Jallieu, les présidents des CCI adopteront une motion visant à combler un vide juridique autour du fonctionnement et de l'implantation des villages de marques.

Dalia Daoud

Le promoteur Freeport brigue un terrain à Villefontaine pour y créer un CCM. « Les produits ne seront pas en concurrence avec ceux des commerces existants », promet le maire de la ville, Raymond Feyssaguet.