Soupçon de fraude financière à Lyon

Caroline Girardon

— 

Sophie Jonquet (à gauche) et Philippe Genin, respectivement avocats aux barreaux de Marseille et de Lyon.
Sophie Jonquet (à gauche) et Philippe Genin, respectivement avocats aux barreaux de Marseille et de Lyon. — C. Girardon / 20 Minutes

Une grande famille lyonnaise prise dans le flot des évasions fiscales, organisé par les banques ? Depuis trois ans, l'ancien bâtonnier de Lyon Philippe Genin bataille ferme pour obtenir l'ouverture d'une enquête concernant les comptes de la Pasche Monaco, filiale de la Lyonnaise de Banque, propriété du groupe Crédit Mutuel-CIC. L'affaire, qui concerne la famille Chabot, fondateur de La Canadienne, n'est pas sans rappeler le feuilleton Bettencourt. Car les ingrédients de départ sont identiques : une vieille dame atteinte de la maladie d'Alzheimer, une partie de sa fortune placée en Suisse et un morceau de l'héritage qui disparaît.

Une «affaire d'honneur»


«Sur requête de la Lyonnaise de Banque, Mme Chabot a été démarchée afin qu'elle délocalise son argent du Crédit Suisse, où il était placé, et le transfère à la banque Pasche, filiale suisse de la Lyonnaise», dévoile l'avocat Philippe Genin. Soit 36 millions d'euros. Héritier de cette fortune depuis 2006, année où est décédée sa mère, Roland Chabot engage alors un bras de fer pour récupérer cette somme. Après s'être fait restituer l'argent en 2009, il s'aperçoit qu'une dizaine de millions d'euros se sont évaporés. «En quatre ans, les 36 millions d'euros avaient perdu 40 % de leur valeur», raconte le septuagénaire, qui a porté plainte pour abus de confiance, démarchage illicite de clients, faux et usages de faux. «Je n'en fais pas une question d'argent mais d'honneur vis-à-vis de ma mère qui a beaucoup travaillé. Elle s'est faite manipuler, explique Roland Chabot. C'était une femme qui n'avait pas de culture, ni de certificat d'étude. Il suffisait de la flatter pour qu'elle dise oui. C'était facile.» «Ce que nous dénonçons, c'est de ne pas avoir accès à la justice, poursuit Philippe Genin. On ne veut manifestement pas que la délinquance financière soit visible.»

■ Une conférence de presse sous tension

Le point presse, organisé par Sophie Jonquet et Philippe Genin, a été enregistré par un huissier de justice, à la demande du Crédit Mutuel-CIC. Une ordonnance a été signifiée aux deux avocats dix minutes avant la conférence de presse.