Collomb s'active pour la métropole

Elisa Riberry

— 

Gérard Collomb va devoir garder la confiance des maires centristes.
Gérard Collomb va devoir garder la confiance des maires centristes. — E. Riberry / 20 Minutes

Il a repris place dans le fauteuil tout chaud qu'il occupe depuis 2001. Vendredi, Gérard Collomb a été réélu maire de Lyon lors de la séance d'investiture du conseil municipal. Une formalité qui marque le début d'un troisième mandat placé sous le signe de «l'action» et du «rassemblement» pour continuer «à métamorphoser la ville». «Il ne doit y avoir qu'un seul mot : l'action. En cherchant toujours à servir d'abord l'intérêt général, par-delà les considérations partisanes ou querelles de chapelles, a déclaré le maire. L'un des leviers de l'action politique, c'est le rassemblement.»

Un discours qui, au-delà de l'action municipale, sonnait davantage comme un message en vue du scrutin plus difficile qui l'attend désormais. A savoir la présidence du Grand Lyon qui deviendra dès janvier la Métropole. Après avoir gagné plusieurs villes de gauche, l'UMP s'est mise à croire qu'elle pourrait également arracher à Collomb la présidence de la communauté urbaine.

La gauche à séduire


Pour éviter ce scénario, le maire de Lyon est donc reparti à la conquête des voix des petits élus divers droite et centristes, dont il avait le soutien jusqu'alors. Mais il devra aussi rassembler la gauche. Le Gram de Nathalie Perrin-Gilbert, qui siégera au Grand Lyon, a prévenu que «ses voix n'étaient pas acquises» à Gérard Collomb. Les écologistes, qui ont finalement refusé d'entrer dans l'exécutif municipal faute d'accord sur le programme avec le maire, n'excluent pas d'avoir un candidat. «Peut-être que Jean-Paul Bret le sera… On attend de voir», ont-ils déclaré. Le maire PS de Villeurbanne a en effet annoncé la création d'un groupe indépendant au Grand Lyon afin d'infléchir la gestion de la communauté urbaine qu'il juge trop centrée sur Lyon. «Imagine-t-on qu'une métropole puisse se construire avec succès sans sa ville centre voire, contre sa ville centre ? Ce serait évidemment une perte de dynamique, de cohérence», a répondu Gérard Collomb, en précisant toutefois que «la spécificité de chaque territoire» devra être prise en compte et reconnue.

■ Election le 28 avril

Le conseil communautaire doit élire son président le 28 avril. Candidat de la droite, le sénateur maire d'Oullins François-Noël Buffet affrontera donc une nouvelle fois le maire PS de Lyon, à la tête de l'agglomération depuis 2001.