Les intermittents dans la rue

— 

Leur opération secrète consistait donc à rendre visite à la CGPME à Gorge de Loup (9e). Une cinquantaine de Rhodaniens, majoritairement intermittents du spectacle, ont manifesté jeudi après-midi devant le siège du syndicat patronal. Ils tenaient à dénoncer les positions de la CGPME sur la réforme de leur régime d'indemnisation. «On sent une volonté de supprimer notre régime spécifique mais notre mobilisation ne va pas fléchir. Nous sommes prêts à annuler des festivals comme cela avait été le cas en 2003», annonce Vincent Villemagne, comédien lyonnais de 42 ans. La manifestation lyonnaise a démarré avec environ 300 personnes devant la librairie Chapitre à Bellecour. «C'est quand même un symbole de la culture qui s'effondre. On a une pensée pour ces nouveaux précaires», indique Lucie Sorin, autre comédienne souhaitant le maintien du Pôle emploi spectacle à Lyon. «Si aujourd'hui, c'est la journée du bonheur, on veut nous faire vivre dans le malheur éternel», s'emporte Lakhdar Daoui, un manifestant actuellement au chômage. J. L.