Première traversée réussie pour le pont Schuman

Elisa Riberry
— 
Le remorquage de la travée du pont Schuman s'est déroulé sous haute surveillance mercredi matin.
Le remorquage de la travée du pont Schuman s'est déroulé sous haute surveillance mercredi matin. — E. Riberry / 20 Minutes


Les badauds étaient nombreux mercredi matin à suivre, depuis les quais et les ponts, l'impressionnante manœuvre. La première travée du pont Schuman, qui reliera dès septembre Vaise (9e) au quartier Serin (4e), a été acheminée par barge sur la Saône du port Edouard-Herriot au quai Gillet. Une opération périlleuse menée en cinq heures et sous haute surveillance. «La difficulté, c'était de passer les ponts et les différents virages de la rivière. Nous avons donc attendu que le débit de la Saône soit plus faible pour pouvoir manœuvrer», a précisé mercredi Olivier Canat, ingénieur structure du cabinet Aia, chargé de la maîtrise d'œuvre. Mais les obstacles ont été franchis sans remous, y compris le pont Kitchener, moment le plus délicat, où le passage de la barge s'est joué à quelques centimètres.

D'ici à trois semaines, la travée de 1 400 tonnes aura été positionnée sur les appuis du pont, rendant pour la première fois visibles les arches dans le paysage lyonnais. Puis la seconde travée sera acheminée quai Gillet. Une fois le chantier achevé, Schuman, 14e pont sur la Saône, comportera quatre voies de circulation, des pistes cyclables et de larges trottoirs. Il devrait alors permettre de rééquilibrer les flux automobiles entre les deux rives, et améliorer le cheminement des piétons et modes doux entre la place de Paris et le quai Gillet. «Ces deux quartiers vont enfin pouvoir vivre ensemble», a déclaré le maire PS de Lyon Gérard Collomb, qui a dix jours des municipales, avait bien sûr revêtu l'habit du candidat. «Ce mandat a été très prolifique pour les ponts et passerelles. Nous avons construit trois ouvrages sur Lyon», s'est-il targué.