L'humanitaire bétonne la formation

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Un nouveau terrain d'exercice pour les futurs professionnels de l'humanitaire. Après dix-huit mois de travaux, les bâtiments de l'institut Bioforce ont été inaugurés hier aux Minguettes (Vénissieux) en présence de plusieurs centaines de personnalités politiques, d'humanitaires et de riverains. Pour l'occasion, cette bâtisse de 2 660 m2, labellisée haute qualité environnementale, a été rebaptisée centre Charles-Mérieux du nom de son fondateur décédé en 2001.

L'institut, spécialisé dans la formation à l'action humanitaire, souhaite désormais développer ses activités à destination des étudiants. Ils sont deux cents chaque année à choisir cette filière. En octobre, une nouvelle licence professionnelle destinée aux 18-25 ans viendra donc compléter à Lyon les dizaines de formation déjà dispensées. Une volonté d'innover, dont la mise en oeuvre reste suspendue aux subventions reçues par Bioforce. « Le contrat de plan Etat-région arrive à échéance en juin. Nous risquons d'avoir des difficultés de financement pour former nos stagiaires », a souligné hier Claude Lardy, la présidente de l'institut, en attente d'un effort financier de l'Etat. « Je travaille activement pour trouver des réponses à vos questions sur le financement », a tenté de la rassurer le préfet de région Jean-Pierre Lacroix.

Elisa Frisullo

Les nouveaux locaux, réalisés sous la houlette de l'Opac du Grand Lyon pour un montant 4,4 millions d'euros ont été financés à 89 % par l'Etat, l'Europe, le conseil régional et les collectivités.