Les Atelières reprennent espoir

Jérémy Laugier

— 

L'atelier a été relancé il y a un an.
L'atelier a été relancé il y a un an. — J.Pachoud / AFP

Elles vivent une semaine à rebondissements. Trois jours après avoir déposé une demande de liquidation judiciaire auprès du tribunal de commerce de Lyon, les Atelières ont repris espoir jeudi. Les services des ministres Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ont en effet indiqué chercher «une solution viable» pour venir en aide à l'entreprise villeurbannaise de corseterie et de lingerie, qui emploie 29 coupeurs et couturiers.

«Depuis son lancement [début 2013], l'Etat soutient et accompagne ce projet industriel», a rappelé Bercy, qui a organisé une réunion mercredi avec la présidente des Atelières Muriel Pernin. La société coopérative, qui se heurte depuis longtemps au «refus des banques», a évoqué jeudi le lancement d'une souscription nationale. Muriel Pernin espère récupérer par ce biais au moins 100 000 € afin d'envisager le million d'euros nécessaire dans les deux mois pour relancer les Atelières. Symbole du «made in France» et de la production de lingerie haut de gamme, et comptant dans ses rangs cinq ex-Lejaby, le petit atelier aura déjà réussi à mobiliser en urgence deux ministres pour reprendre le fil de son activité.