Un supermarché aux saveurs locales

Elisa Riberry

— 

A la Super Halle, ouverte depuis samedi à la Saulaie, les producteurs se relayent pour servir les clients.
A la Super Halle, ouverte depuis samedi à la Saulaie, les producteurs se relayent pour servir les clients. — E. Riberry / 20 Minutes

Au départ, ils souhaitaient s'installer à la Halle de la Martinière. Mais leur projet n'ayant pas abouti à Lyon, c'est finalement à Oullins que les producteurs de l'Ouest Lyonnais ont posé leurs valises et ouvert samedi leur Super Halle dans le quartier de la Saulaie. Dix-sept fermes, situées dans un rayon de 80 km autour d'Oullins, se sont fédérées pour donner naissance à ce point de vente collectif, où les fruits et légumes, les produits laitiers et la viande sont issus d'une agriculture paysanne et/ou biologique. A côté des rayons frais, une épicerie propose des denrées, bio et équitables, provenant des circuits courts. Un coin restaurant permet aussi de déguster sur place ou d'emporter les plats mitonnés par un cuisinier avec les produits de la halle.

Un espace mutualisé


«Le concept repose sur la demande réelle du public en terme de circuits courts. Les gens veulent savoir ce qu'ils ont dans leur assiette», explique la gérante de la Halle, Johanne Ruyssen. Pour les producteurs, présents à tour de rôle dans le magasin pour servir les clients, la halle est synonyme d'une meilleure qualité de vie. «Les petits exploitants ont besoin de diversifier la commercialisation de leurs produits pour s'en sortir. En moyenne, ils font trois marchés par semaine, ce qui prend beaucoup de temps et d'énergie. A la halle, ils mutualisent», ajoute la gérante. «Dans notre métier, nous sommes souvent seuls dans notre ferme. La halle, c'était l'occasion d'être dans un projet et une dynamique collectifs», confie Pierre-Christophe Chavanne, un maraîcher de 39 ans, qui vient de lancer son exploitation à Rive-de-Gier. Parmi les clients croisés mercredi, Brigitte semblait séduite. «J'aime l'idée d'acheter des produits du coin. Cela me rassure sur la qualité de ce que je mange. Si en plus ça permet aux producteurs de vivre, tant mieux !», confie-t-elle.

■ Investissement et subventions

Les 17 fermes engagées dans la société coopérative d'intérêt collectif ont chacune investi 4 000 € dans la création de la halle, qui a nécessité un investissement de 520 000 €. La Scic a également emprunté et reçu 115 000 € de subvention du conseil général, de la région et de l'Etat.