La médiathèque de Bron ravive les discordes

Caroline Girardon

— 

La nouvelle médiathèque de Bron, projet phare du mandat en cours.
La nouvelle médiathèque de Bron, projet phare du mandat en cours. — Dominique Perron/ville de Bron

Elle a déjà fait couler beaucoup d'encre. La médiathèque de Bron, bâtiment de 3 000 m², qui avait fait exploser la majorité au conseil municipal en 2010, a été inaugurée ce week-end par Annie Guillemot, maire PS de la ville. Un événement qui a ravivé les tensions à quelques semaines du premier tour des élections municipales. «Le maire de Bron affiche son mépris de la justice qui l'a condamnée pour marché illégal», attaque Élisabeth Brissy-Queyranne, candidate à la mairie et ancienne adjointe à la culture, rappelant que la maîtrise d'œuvre de l'ouvrage avait été annulée en décembre 2011 par le tribunal administratif. Il avait estimé que «la passation de marché était entachée d'illégalité». Décision confirmée ensuite par le conseil d'Etat fin 2013. «Il n'est pas possible, même pour un maire, de s'affranchir de la loi et notamment du code des marchés publics qui s'impose à tous», poursuit l'épouse de Jean-Jack Queyranne. «Nous avons régulièrement manifesté nos désaccords sur ce projet. Toutefois, ce débat est un débat du passé mais nous tirons la sonnette d'alarme sur deux défauts majeurs de sécurité», estiment François-Xavier Pénicaud (centre) et Nora Begag, ancienne adjointe, qui mèneront la liste Bron-Alternative. Dans une lettre adressée à Annie Guillemot, ils lui demandent de résoudre ces problèmes «avant qu'un grave accident n'ait lieu». La mairie a rappelé que l'ouvrage, qui a accueilli 4 500 visiteurs ce week-end, a «obtenu l'aval de l'ensemble des commissions de sécurité». Et la polémique lancée par Élisabeth Brissy Queyranne ? «Une fois de plus, elle chante l'air du faux et de la calomnie pour semer le discrédit», répond Jean-Michel Longueval, premier adjoint, précisant que «la maîtrise d'œuvre a été reprise par les services de la ville».