Sapins de Noël sous haute surveillance

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Sur les quais de Saône, les « vigiles de sapins » sont en alerte. Depuis l'installation, début décembre, des stands d'arbres de Noël, c'est l'hécatombe. Selon Michel Dulac, président des toutes petites entreprises (TPE) en Rhône-Alpes, une centaine de vols a été constatée. Faute de protection suffisante, les sapins sont à la vue de tous la nuit. Et même les plus honnêtes deviennent soudainement tentés. « Je sortais d'un bar avec un copain. Au total, on a pris six sapins, mais on ne l'aurait pas fait si on avait pas autant bu. C'était histoire de faire plaisir aux amis et par souci d'économie aussi ! », témoigne un voleur occasionnel et chanceux. Les prix des arbres de Noël, qui varient entre 20 et 50 e, constituent en effet un véritable budget. Et si les voleurs opèrent principalement la nuit, certains n'hésitent pas à passer à l'acte dans la journée. « Pas plus tard que mardi, vers 17 h, un homme a balancé deux sapins sur le parking Saint-Antoine. Il était prêt à s'enfuir avec quand il m'a vu », raconte encore étonné Roger Desbiolles, producteur de sapins en Haute-Savoie depuis quarante ans. « C'est tous les ans pareil ! Depuis l'année dernière, on se cotise à six pour payer deux gardiens qui font des rondes. Mais ça ne suffit toujours pas », note-t-il un brin résigné.

Carole Bianchi

La mairie de Lyon a indiqué qu'elle fournissait jour et nuit des barrières mais qu'il n'était pas dans ses compétences de veiller à la sécurité des stands.