Le financement de la piscine fait des vagues

Elisa Riberry
— 
La piscine doit rouvrir en 2015.
La piscine doit rouvrir en 2015. — Xanadu


Le financement de la reconstruction du centre nautique intercommunal (CNI) Lyon Saint-Fons Vénissieux créé des remous entre Michèle Picard et le conseil général. La maire PCF de Vénissieux et le comité syndical du CNI ont appelé les usagers du bassin à se mobiliser pour obtenir du département qu'il tienne ses engagements. 



Le chantier continuera



Motif de la grogne : trois mois après le début du chantier de la piscine, ravagée par un incendie fin 2010, le conseil général aurait retiré la subvention de 2 millions qu'il s'était engagé à verser. «Et ce, au nom de la réorganisation territoriale prévue dans le cadre de la métropole, déplore Michèle Picard. C'est irrecevable. Nos populations, à travers les impôts, participent aux ressources du conseil général. Elles ont droit à cet équipement qui contribue à l'intérêt général. ça n'a rien à voir avec la métropole.» Sans l'aide du conseil général, le chantier, censé s'achever en 2015, continuera. «On est obligé de reconstruire le centre. C'est le plus gros du Grand Lyon, sa fermeture pénalise le public. Mais on le fera au détriment d'autres investissements», ajoute la maire. Contacté par 20 Minutes, le conseil général a indiqué «ne jamais s'être engagé à subventionner» ces travaux. «On est dans un budget contraint. On ne peut pas accepter toutes les demandes, surtout quand on est déjà à un tel niveau d'aides», précise-t-il. Dans le cadre de contrats triennaux, le département explique avoir attribué 4 millions d'euros à Vénissieux et 2, 7 millions d'euros à Saint-Fons.

■ Le coût du chantier

Le chantier est assumé par les villes de Vénissieux (à 45 %), Lyon (20 %) Saint-Fons (35 %) et le Centre national pour le développement  du sport (800 000 €).