L'OL joue à se faire peur

Stéphane Marteau

— 

Gourcuff et les Lyonnais ne sont plus qu'à deux marches du Stade de France.
Gourcuff et les Lyonnais ne sont plus qu'à deux marches du Stade de France. — J.PACHOUD / AFP

L'OL a décidément bien du mal à se mettre à l'abri lorsqu'il mène au score. La formation de Rémi Garde en avait fait la cruelle expérience lors de ses trois dernières rencontres à domicile qui se sont toutes soldées par un nul (contre Valenciennes, Toulouse et Marseille). L'histoire a encore failli se répéter, mercredi, face au Stade de Reims (3-2), dans le cadre des 8es de finale de la Coupe de la Ligue. Après avoir compté deux buts d'avance à deux reprises, les Lyonnais ont joué avec le feu et ont permis à Reims de réduire le score à chaque fois.

L'énième renaissance de Gourcuff


Et sans une dernière intervention d'Anthony Lopes devant Charbonnier (87e), le maigre public de Gerland en aurait été quitte pour assister à une prolongation. «On sent que l'OL reste une équipe fragile. Le match contre l'OM devait certainement trotter dans les têtes», estime Hubert Fournier, l'entraîneur rémois. Son homologue lyonnais préfère positiver et renvoyer les grincheux dans leur vingt-deux. «Si on gagnait tous nos matchs 1 à 0, on nous reprocherait de ne pas marquer des buts. Il y a toujours quelque chose à dire. Je suis très heureux d'entraîner une équipe très joueuse. Elle développe un jeu qui me plaît et je sens les joueurs prendre du plaisir.» A l'image d'un Yoann Gourcuff buteur et passeur décisif qui confirme son retour en puissance. «Il est à l'aise dans ce système et il profite de la dynamique relativement positive de l'équipe, souligne Garde. Quand il est comme ça, c'est très intéressant.»