La fête des Lumières gachée à Lyon

— 

La place Bellecour. "De loin, on dirait des colonnes d'eau", avance Hélène, en avisant la grosse boule à l'intérieur de laquelle virevolte de la fausse neige, et qui entoure la statue équestre de Louis XIV. Sur le socle, "I love Lyon" a écrit l'artiste Jacques Rival.
La place Bellecour. "De loin, on dirait des colonnes d'eau", avance Hélène, en avisant la grosse boule à l'intérieur de laquelle virevolte de la fausse neige, et qui entoure la statue équestre de Louis XIV. Sur le socle, "I love Lyon" a écrit l'artiste Jacques Rival. — Fred Dufour AFP

Aucun métro et moins de la moitié des tramways et bus circulaient samedi matin à Lyon, où plusieurs millions de personnes participent depuis jeudi à la fête des Lumières.

Le métro, paralysé par un mouvement des régulateurs, pourrait ne pas fonctionner de la journée, ont indiqué les Transports en commun lyonnais (TCL) qui craignent de ne pas pouvoir assurer le fonctionnement au ralenti du métro dans la soirée.

Cet arrêt de travail, non reconductible, vise à défendre des revendications «sur les conditions de travail, l'amélioration du pouvoir d'achat et le déroulement des carrières», selon la direction.

Quelque quatre millions de personnes au total étaient attendues à Lyon de jeudi à dimanche, dans le cadre de la Fête des lumières. Cette manifestation, version laïcisée d'une tradition religieuse existant depuis plus de 150 ans et qui consiste à célébrer la Vierge Marie, a déjà été perturbée vendredi par les intempéries, qui ont endommagé plusieurs installations artistiques et retardé certaines animations en soirée.