Rabah Ameri, des papiers ou la mort

©2006 20 minutes

— 

Après 63 jours de grève de la faim, Rabah Ameri refuse toujours de s'alimenter. Hier, le collectif 69 de soutien aux sans-papiers a exprimé son inquiétude concernant ce ressortissant algérien, débouté du droit d'asile et placé, depuis, sous le coup d'un arrêté de reconduite à la frontière. « Il peut mourir d'un jour à l'autre », alerte le comité, qui précise que Rabah « préfère la mort plutôt que continuer à vivre sans toit ni dignité en France ». Selon les médecins, cet homme, qui vit désormais caché, souffre de « troubles cardiaques ». « Il refuse les soins tant qu'il n'aura pas de papiers », conclut le comité, qui demande à la préfecture du Rhône sa régularisation d'urgence.

E. F.

Rabah Ameri a entamé sa grève de la faim le 3 octobre au centre de rétention de Lyon Saint-Exupéry où il était retenu en vue d'être expulsé vers l'Algérie. Hospitalisé d'urgence le 19 octobre puis remis en liberté, il vit désormais caché.