Le combat ne s'arrête pas au «Chaos»

©2006 20 minutes

— 

A Saint-Romain-au-Mont-d'Or, la Demeure du chaos fait toujours débat. Le maire de cette commune d'un millier d'habitants, Pierre Dumont, a convié samedi ses homologues du Rhône, et leur conseil municipal, à venir le soutenir dans ses démarches contre la maison de Thierry Ehrmann, patron du groupe Serveur. En septembre dernier, la commune s'était pourvue en cassation contre la décision de la cour d'appel de Lyon autorisant le maintien en l'état de cette bâtisse du xviie siècle, transformée en décor apocalyptique post- 11 Septembre.

Tout en condamnant Thierry Ehrmann pour infraction aux règles de l'urbanisme, la justice avait estimé que la remise en état du mur d'enceinte, noirci et orné de portraits de terroristes, nuirait à l'oeuvre d'art. « C'est un jugement unique qui ne constitue en aucun cas un péril pour le droit de l'urbanisme que vous faites respecter », a écrit Thierry Ehrmann aux maires du département, tout en les invitant à visiter samedi matin sa Demeure.

F. C.

Thierry Ehrmann a entrepris depuis 1999 la déconstruction artistique de sa demeure, qui abrite aussi le siège du groupe Serveur (base de données). Elle est composée de 2 500 oeuvres qui ont été répertoriées dans un catalogue de 1 300 pages, récemment envoyés aux 293 maires du Rhône.