L'OL affiche son orgueil

— 

Elodie Thomis (archive).
Elodie Thomis (archive). — A.Gelebart / 20 Minutes

En éliminant les Lyonnaises à la surprise générale dès les 8es de finale de la Ligue des champions, Potsdam n'a pas rendu service aux concurrents de l'OL en D1. Après avoir expédié Soyaux (5-0), le septuple champion de France a marqué les esprits en s'imposant dimanche (1-4) chez l'un de ses plus coriaces rivaux, Montpellier (4e). «On nous attendait au coin du bois et je salue la réaction collective des filles qui font preuve de beaucoup d'orgueil depuis l'élimination en Coupe d'Europe», confie l'entraîneur Patrice Lair.

Seul le PSG, virtuellement à quatre points du leader, semble pouvoir résister à cet OL-là. «On a commis une faute professionnelle face à Potsdam (1-2) mais nous nous sommes toutes remises en question, explique l'attaquante lyonnaise Elodie Thomis. On ne baissera jamais les bras.» Un renouveau symbolisé par Megan Rapinoe. Sortie à la mi-temps lors du fameux couac européen face aux Allemandes le 14 novembre, l'internationale américaine a ensuite été envoyée en DH avant de signer un doublé dimanche à Montpellier en trente minutes de jeu. «Mon but était de la faire réagir, car elle traînait les pieds depuis un moment, explique Patrice Lair. Avec sa rentrée fracassante, on a retrouvé la championne olympique.» Si bien que la perspective inédite d'un printemps sans Europe ne semble pas déprimer ce groupe aux si nombreuses internationales. «Cela nous fera peut-être du bien de couper un peu avec le rythme de la Ligue des champions», suggère même Elodie Thomis. J.L.