Chris Wright n'en mène pas large

Stéphane Marteau

— 

Chris Wright sera très attendu ce soir à Ljubljana, en Eurocup.
Chris Wright sera très attendu ce soir à Ljubljana, en Eurocup. — H. Collot / Sipa

Si la réussite de l'Asvel cette saison passe nécessairement par de grandes prestations de son arme offensive numéro un, Edwin Jackson, elle repose également sur les épaules de Chris Wright. Ce meneur américain âgé de 24 ans est d'ailleurs attendu au tournant, ce mercredi, à Ljubljana, où la «Green Team» joue une grande partie de son avenir en Eurocup face à une formation slovène qui la devance d'une longueur au classement.

Décrié depuis son arrivée à Villeurbanne où il a débarqué quelques jours avant la reprise du championnat afin de remplacer son compatriote Pierre Jackson, l'éphémère joueur des Dallas Mavericks (trois matchs disputés en mars dernier) ne cesse d'alterner les prestations en dents de scie. «J'ai conscience que je dois faire mieux», reconnaît l'intéressé qui tarde à s'adapter au championnat de France et surtout aux décisions du corps arbitral. «Chris est un joueur athlétique, qui aime aller au contact et finir ses actions près du cercle, souligne Pierre Vincent, le coach de l'Asvel. Mais j'essaie de lui expliquer depuis le début de la saison qu'il doit faire autres choses parce que les conditions de jeu ne lui permettent pas toujours de pouvoir s'exprimer naturellement.»

Meilleur en Eurocup ?


Toutes proportions gardées, Chris Wright a un profil à la Tony Parker. «Mais la différence avec Chris, c'est que Tony peut scorer dans n'importe quelle situation, avance Pierre Vincent. Mais même quand Tony a évolué avec nous [durant le lock-out NBA en 2011], il y a eu des matchs où il ne pouvait pas scorer parce qu'il prenait des marrons dans tous les sens et que ce n'était jamais sifflé.» Pour Chris Wright, «tout est une question d'ajustements.» Sauf qu'il ne peut pas se reposer sur un tir extérieur fiable. «Ce n'est pas un joueur très adroit», indique Pierre Vincent. C'est un peu moins vrai en Eurocup (56.7 % de réussite dont 30 % à trois points contre 40 % et 21 % en Pro A) où l'arbitrage est moins tatillon et où Chris Wright semble plus à même de pouvoir exprimer ses qualités.

■ Marko Keselj

Absent lors des trois derniers matchs de l'Asvel en raison d'une blessure à un pied, l'ailier serbe a effectué le déplacement en Slovénie. Mais sa participation au match reste incertaine.