Le collectif Grrrnd Zero dans le flou

Elisa Riberry

— 

C'est dans ces bâtiments du Carré de Soie que le collectif doit s'installer.
C'est dans ces bâtiments du Carré de Soie que le collectif doit s'installer. — Grrnd Zero

En quittant Gerland fin avril, ils pensaient en avoir fini avec les galères d'installation. Mais, sept mois plus tard, le collectif d'artistes Grrrnd Zero est toujours dans le flou. Lundi, le conseil municipal de Lyon a pourtant validé l'attribution d'une subvention de 100 000 € pour aider le collectif créé en 2004 à réaménager une ancienne usine de Vaulx-en-Velin en vue de s'y installer. Un projet, séduisant sur le papier, qui tarde à se concrétiser. «Nous sommes partis de Gerland et nous avons accepté de réduire notre activité de création parce que le projet devait aboutir vite, explique Florian, l'un des membres de Grrnd Zero. Mais, depuis juin, c'est silence radio du côté de la mairie. Le chantier n'a pas commencé, nous n'avons pas signé de convention d'occupation des lieux.» Autre incertitude qui commence à peser sur le moral des troupes, le montant de l'aide promise par la ville. Car, pour remettre en état les 2 000 m2 de la rue de Bohlen, aujourd'hui en friche, des mois de travaux et plusieurs centaines de milliers d'euros seront nécessaires.

La mairie rassurante


«La ville nous avait promis 300 000 €. Si nous n'en avons que 100 000 ce ne sera plus le même projet », ajoute le collectif qui accueillait sur le site de Gerland 90 artistes en résidence et des milliers de spectateurs par an. Des craintes balayées par l'adjoint lyonnais à la Culture, Georges Képénékian. «Leur avenir n'est pas flou. On ne les balade pas. Mais le temps administratif n'est pas celui de Grrrnd Zero. Cette subvention n'est qu'une première étape, le reste suivra», assure l'adjoint, soucieux que le chantier débute rapidement à Vaulx-en-Velin. Et que le lieu ouvre au plus tard en septembre 2014. Un long délai pour le collectif, impatient de pouvoir reprendre son rythme créatif. «Depuis la fermeture de Gerland, 20 000 € leur ont été accordés pour qu'ils continuent à se produire dans d'autres lieux. Leur culture underground est importante dans le paysage lyonnais», insiste Georges Képénékian, qui prévoyait de rencontrer lundi soir le collectif. A suivre...

■ Un lieu temporaire

Grrrnd Zero devrait bénéficier d'une convention d'occupation de 5 ans. Une autorisation qui commencera à courir une fois les artistes installés dans l'usine en friche appartenant au Grand Lyon.